Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 13:50


21/10/1895 Archives diocésaines 1895 p 293 n° 1034

Marie Ange… de Briey Ev de Meaux

Vu l’extrait authentique du testament olographe en date du 20 avril 1894 de Melle Honorine Elisabeth Emeric extrait.. conçu à Paris… à la fabrique de l’église de Claye une marque non équivoque de l’intérêt que je lui porte, je donne le lègue à la dite fabrique la somme nécessaire pour acquérir en son nom et à son profit et ce…, au jour  de mon décès 150 f de rente 5 % sur l’état français pour, par ladite fabrique en jouir en toute propriété et jouissance à compter du jour de mon décès, le tout aux charges et conditions

Qui vont être exprimées 1° Ce legs est aussi fait à la charge par la fabrique de Claye de faire dire dans l’église de Claye et chaque année 24 messes pour le repos de mon âme, pour mon père, ma mère, mon frère,  et tous les défunts de ma famille. L’honoraire de chacune  de ces messes sera de 3 F  ce qui formera un chiffre annuel de 72 F à payer par la dite fabrique au curé de Claye.

2° de donner tous les ans 20 F  au curé de Claye pour me recommander  à perpétuité aux prières du prône  ainsi que toute ma famille.

3° de remettre chaque année à la disposition du dit curé de Claye une somme de 20 F qui seront employés à l’entretien de ma tombe.

Vu l’acte de décès de la testatrice survenu à Paris le 27 juin 1896 ;

Vu l’acte de notoriété constatant que Melle Emeric n’a laissé ni ascendant, ni descendant,  c’est-à-dire aucun héritier ayant droit à une réserve légale  dans sa succession et qu’elle a laissé pour seule héritière

Mad. Piedanna, née Eugénie Emeric, sa nièce, de  Paris.

Vu l’acceptation du conseil de fabrique ;

Vu l’avis favorable du conseil municipal de Claye ;

Vu celui de M. le sous Préfet de Meaux ;

Considérant que le legs fait par Melle Emeric à la fabrique de l’église de Claye est suffisant pour l’acquit des charges imposées et dès lors n’est pas onéreux pour l’établissement qui en fait l’objet,

Sommes d’avis qu’il y a lieu de l’autoriser.

Meaux le 21 octobre 1895

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Eglises Claye-Souilly
commenter cet article

commentaires