Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 20:29

Paru sur le blog

ADENCA

 


 

    Le collectif « Sauvons la Dhuis »,

 vous invite à une marche pour dire 

NON aux projets de Placoplâtre et de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine 

POUR que tous les moyens soient donnés afin de trouver les causes des taux élevés de décès par cancer dont souffrent les riverains du Fort de Vaujours.

Cette marche aura lieu Samedi 8 Février 2014 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé

sur la commune de Coubron (93470), au niveau la place du Pâtis.

http://adenca.over-blog.com/article-samedi-8-fevrier-2014-a-partir-de-14h30-marche-du-collectif-sauvons-la-dhuis-122175728.html

 

 

 

La pétition a déjà recueilli 80 000 signatures

Pour faire avancer ce dossier

Signez cette pétition


http://www.change.org/FortdeVaujours

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:55

 

 

Paru sur le blog ADENCA :

 

 

TOUCHE  PAS  A  MA   VIE   

 

Les populations

 

ne veulent plus être les otages de

 

projets insensés !
 

C’est ce qui ressort  des commentaires de la pétition

du Collectif  « Sauvons la Dhuis »

Pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours

 

Les « élites » qui dirigent ce pays

vont-elles prendre en compte les demandes des populations ?

 

Les intérêts financiers des multinationales

ne doivent pas être préservés

au détriment de la santé des populations. 


 

Pas de paroles, mais des actes :

une dépollution totale du site puis une fermeture définitive 

avec interdiction d’y effectuer toutes activités.   

 

 

signez la pétition qui à ce jour dépasse les 77 000 signatures

  http://www.change.org/FortdeVaujours

 

 

Lien  vers l’article :

http://adenca.over-blog.com/article-touche-pas-a-ma-vie-les-populations-ne-veulent-plus-etre-les-otages-de-projets-insenses-122118258.html

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 20:43

 

 

 

 

  Paru sur le site Sauvons la Dhuis

 

 

 

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE 

  http://www.change.org/FortdeVaujours

IMPORTANT - PETITION :

Pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours


Voici la nouvelle pétition en ligne du Collectif "Sauvons la Dhuis" :

Après nos combats victorieux pour sauver la trame verte de la Dhuis de la destruction, le collectif "Sauvons la Dhuis" a de nouveau besoin de vous.

Oui, nous comptons sur vous afin de nous aider à empêcher ce qui pourrait devenir l'un des plus gros drames sanitaires de l'Est Parisien.

Aux portes de Paris, sur un ancien site militaire utilisé pour développer des détonateurs de bombes atomiques, des projets sans aucune garantie pour la santé des populations, sont sur le point de voir le jour.

À cheval sur la Seine-Saint-Denis et la Seine et Marne, ce site connu pour ses pollutions radioactives et chimiques se nomme le Fort de Vaujours.

Pour que la vérité soit révélée, pour la santé de nos enfants et de nos petits enfants, aidez nous en signant et en diffusant notre pétition "Pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours".

 

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE :

  http://www.change.org/FortdeVaujours

Pétition pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours

Cette pétition est adressée aux préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine et Marne ainsi qu'aux députés et sénateurs du parlement français.

A quelques kilomètres de Paris, le long de la promenade de la Dhuis et sur les communes de Courtry, Coubron et Vaujours, trône le Fort de Vaujours.

Cette ancienne fortification militaire a été utilisée de 1951 à 1997 par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pour y développer les détonateurs des bombes atomiques de l'armée Française…….

 

Comme en 2001, nous re-demandons la mise en place d'un réel périmètre de protection afin que le site soit absolument protégé et qu'aucune occupation des sols et d'exploitation des sous-sols ne soient autorisées.

Nous demandons avec force que toute la lumière soit faite afin de déterminer les causes exactes des taux anormaux de décès par tumeurs sur la commune de Courtry.

Enfin, nous demandons la mise en place, dans les plus brefs délais, d'une commission d'enquête parlementaire relative aux conséquences des expérimentations nucléaires réalisées au sein du Centre d'études du Commissariat à l'Énergie Atomique de Vaujours-Courtry ainsi qu'aux risques liés aux projets portés par Placoplâtre et la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE :

http://www.change.org/FortdeVaujours

 

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

·                                 Nature Environnement 77

·                                 Villevaudé... Demain

·                                 Les Abbesses de Gagny-Chelles

·                                 Environnement 93

·                                 ADENCA

·                                 Les Amis de Carnetin

·                                 AJT Rando

·                                 Marne et Gondoire à Vélo

 

Lien vers l’article complet :

http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/01/07/IMPORTANT-PETITION-%3A-Pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-Fort-de-Vaujours 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 16:06

 

Paru sur le site

ADENCA

 

 

http://adenca.over-blog.com/

 

 

Mardi 9 juillet 2013

Claye-Souilly le prix de l’eau potable : la note est salée !

 

 

Claye-Souilly le prix de l’eau potable :

la note est salée ! 

 

 

en 2011 :

5.55 € le m3 (1)

Une augmentation de plus de  

41 % en 4 ans

(depuis 2008) 

 

Prix supérieur en 2011 de 25% à  la moyenne de Seine et Marne

4.43 € le m3 (1) 

 

                                                          

Il est vrai que cette commune possède la plus importante décharge de déchets ultimes de France sur son territoire et plusieurs autres  décharges alentours (Villevaudé, Annet, Fresnes sur Marne,Villeparisis), plusieurs carrières remblayées par des déchets « dits inertes » (Villeparisis, Le Pin)….

 

 

Il est vrai que la rivière Beuvronne qui traverse la commune est bordée  par le site pollué Wabco, qu’elle reçoit les eaux pluviales d’Aéroport de Paris, eaux chargées en période hivernale de fondants hivernaux dont nous ne connaissons pas la composition chimique, rivière qui reçoit également les eaux de ruissellements  de la zone industrielle de Mitry-Compans qui compte 4 sites pollués inscrits dans la base Basol.

 

Il est vrai que  cette rivière Beuvronne se rejette dans la Marne à Annet sur Marne en amont proche de la station de pompage d’Annet sur Marne, station qui fournit en eau potable Claye-Souilly.

 

 

Combien coûte au consommateur  de Claye-Souilly

la dépollution de l’eau pompée dans la Marne

pour la rendre potable ?

 

 

 

L’eau potable combien cela coûte ailleurs ?

 

En 2011

 à Paris

2.94 € le m3 (2)

soit 88% de moins qu’à Claye-Souilly

(soit 350€ de moins pour une consommation annuelle de 120 m3)

 

 En 2011

à Fontainebleau (1)

3.32€ le m3

Soit 67% de moins qu’à Claye-Souilly

 

 

 

Pour plus amples renseignements sur ce dossier contactez Monsieur Yves Albarello, député maire ou  M. les conseillers municipaux de Claye-Souilly.

 

                       

 

 

(1) Calculé sur la base de 120 m3 consommés annuellement voir détail ci-dessous :

http://eau.seine-et-marne.fr/analyse-departementale

 

(2) http://www.journaldunet.com/economie/magazine/tarifs-juillet-2011/eau-potable.shtml

http://eau.seine-et-marne.fr/les-etudes-de-l-observatoire-de-l-eau

 

 

 Lien vers l'article : http://adenca.over-blog.com/article-claye-souilly-le-prix-de-l-eau-potable-la-note-est-salee-118979550.html

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 11:53

 

Paru sur le blog ADENCA :

 

 

 

CLAYE-SOUILLY

Plan local d’urbanisme en cours de révision (3)

Réunion publique

Lundi 27 mai à 19h30
Espace A. Malraux
 

 

 

Une occasion de vous exprimer  

 

 

 

Pourquoi ADENCA demande que le PLU

interdise les carrières à ciel ouvert ?

 

Parce que la Sté Placoplâtre projette

d’exploiter une carrière à ciel ouvert

près du futur lotissement des Bois des Granges 

 

 

Carrière à ciel ouvert placoplatre VILLEPARISIS 16.5.200

Carrière Placoplâtre Villeparisis



 

Une carrière à ciel ouvert c’est un trou béant qui nous privera de nos espaces agricoles, de nos bois.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est la destruction de nos paysages.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est pendant la phase d’exploitation : le bruit des explosifs, des matériels de travaux publics et  des camions, c’est la pollution induite par tous ces matériels.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est pendant la phase de remblayage le déversement de millions de tonnes de déchets, et la pollution induite par tous ces déchets.

 

Une carrière à ciel ouvert, c’est le risque pour les populations de voir

leurs biens immobiliers se déprécier,

en effet qui voudra acquérir un bien  au bord d’un trou béant ? 

 

 

Placoplâtre exploite des carrières souterraines dans le val d’Oise et la Seine St Denis, pourquoi pas en Seine et Marne dans le canton martyre de Claye-Souilly ?

 

Voir ailleurs comment les populations

aidées par leurs élus

ont pu protéger leur territoire et obtenir l’exploitation de carrières souterraines 

 

La carrière de gypse du massif de Montmorency (95)

 est la plus grande carrière souterraine d’Europe. Elle représente plus de 15% de la production nationale et 25% de la production de l’Ile-de-France.

Placoplâtre et Lafarge se partage plus de 1400  hectares avec un effectif de 35 emplois directs et 10 sous traitants  salariés, pour extraire entre 800  et 850 000 tonnes de gypse annuellement.

 

 C’est une exploitation souterraine sous une forêt domaniale ouverte au public, carrière remblayée par des déchets « dits inertes », avec portique de contrôle de radioactivité à l’entrée.

 

La carrière du bois de Bernouille sur les commune de Coubron et Vaujours (93)

est exploitée sur 58 hectares par Placoplatre avec un effectif de  16 emplois directs et 12 emplois permanents, pour extraire 500 000 tonnes de gypse annuellement.

 

C’est une exploitation souterraine sous le bois de Bernouille, carrière remblayée par des déchets « dits inertes », sans portique de contrôle de radioactivité à l’entrée.

 

 

http://www.placoplatre.fr/Une-entreprise-pionniere/Nos-implantations/Carrieres-de-gypse/Carriere-du-massif-de-Montmorency

 

http://www.lesindustriesduplatre.org/files/plaquette_baillet.pdf

 

http://www.lesindustriesduplatre.org/files/dossier_presse_montmorency_2011.pdf

 

http://www.placoplatre.fr/Une-entreprise-pionniere/Nos-implantations/Carrieres-de-gypse/Carriere-de-Bernouille

 

 

Lien vers l’article d’Adenca : http://adenca.over-blog.com/article-claye-souilly-projet-plan-local-d-urbanisme-carrieres-souterraines-ce-qui-se-fait-ailleurs-117884706.html

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 14:37

CEA - DHUIS : le conseil de municipal de Courtry approuve la destruction du fort de Vaujours.

Le 04 avril 2013, le conseil municipal de la ville de Courtry a voté à l'unanimité uneprescription de révision de son Plan Local d'Urbanisme permettant la mise en œuvre « du projet d’exploitation de la ressource en gypse par la société Placoplâtre sur le site du Fort de vaujours ainsi que que le projet de reconversion et de réhabilitation du solde des emprises par la Communauté d'Agglomération Marne et Chantereine ».

 

²

La communede Courtry désire donc céder aux sollicitations des carriers par anticipation. Ainsi, sans attendre le dépôt officiel d'unedemande officielle d'exploitation et le résultat de l'enquête publique qui doit en découler, le conseil municipal à l'unanimité a émis le souhait de déclasser le fort ainsi que des terres aux abords de la Dhuis situées en contrebas .

Voir le compte rendu du Conseil Municipal de Courtry en date du 4 avril 2013 : CR_Sommaire_CM_du_4_avril_2013.pdf

Le conseil municipal de Courtry précise qu'une « concertation associera pendant toute la durée de la révision du PLU les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées ».

Il précise également les modalités de celle-ci :

  • « voie d’informations (bulletins municipaux, site internet de la Ville…) »
  • « la mise à disposition d’un cahier d’expression à l’accueil principal de l’Hôtel de Ville »

Le collectif "Sauvons la Dhuis" en plus de condammer ce vote au conseil de municipal de Courtry considére cette concertation comme insuffisante au regard des risques encourus par les populations locales.

Lors d'un précédent communiqué, le collectif "Sauvons la Dhuis" avait pris le soin d'informer et de sensibiliser sur les risques sanitaires majeurs liés à l'exploitation du fort de Vaujours.

Voir notre communiqué en date du 15 Janvier 2013 : CEA - DHUIS - Courtry/Coubron/Vaujours – Les projets d'exploitation et d'aménagement du Fort de Vaujours

 

Pour rappel, depuis plus de 10ans, le fort de Vaujours d'une surface de 45 hectares est suspecté de contamination résiduelle en matières uranifères (Uranium 238 entre autres). Cette contamination a été confirmée en 2001 par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendante sur la Radioactivité) et par le CEA lui-même qui a reconnu que certains ouvrages contaminés avaient été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer.

Courant 2001/2002, à cause de coûts très élevés de dé-pollution, le site n'a été que très partiellement décontaminé. Ainsi sur un total de 45 hectares, seulement 1000m2 ont été traités suite aux explorations de la CRIIRAD.

Une mesure de radioactivité 33 fois supérieure au bruit de fond a été relevée dans l'enceinte du fort de Vaujours en Mai 2011 à l'aide d'un RADEX 1503. Cette mesure a été certifiée par la CRIIRAD en 2012. La CRIIRAD précise également qu'un bloc d'uranium de 100g sous 10cm de terre est difficilement détectable en surface à l'aide de compteur de ce type.

 

Pendant des années, le CEA a pratiqué sur le site des essais nucléaires dit sous-critique (ou tir “froid”) avec de l'uranium. Ces tirs froids ont été réalisés à l'air libre ainsi qu'en salles de tirs. Après les essais, les éclats d'uranium et autres déchets étaient évacués à grandes eaux dans des puits dit de "lavage" profonds d'une trentaine de mètres, au nombre de 14. Certains déchets étaient même incinérés dans une zone de brûlage à l'air libre ainsi que dans un incinérateur équipé de quatre fours.

A cette pollution exceptionnelle en proche banlieue, s’ajoutent des risques non moins importants liés à la présence d’explosifs en subsurface, des pollutions aux métaux lourds (Arsenic, Mercure, Amiante, Cuivre, Plomb, Tungstène, Zirconium, etc.) ainsi que des pollutions chimiques (Dioxine, PCB, etc...).

 

L'exploitation du fort de Vaujours est tout autant la destruction d'un patrimoine historique local majeur, qu'un projet à hauts risques pour les populations locales de même que pour les employés et sous traitants de Placoplâtre qui travailleront sur ce site.

Ce risque de mise en danger des salariés et sous-traitants est parfaitement assumé par Placoplâtre, qui, par un chargé de communication, a déclaré le 3 Mai 2012 : « Il ne faut pas se leurrer, le seul vrai risque, il va être pour les salariés de l'entreprise. C'est eux qui vont être au contact quand il faudra démolir et exploiter. Le seul véritable risque, c'est pour le personnel de l'entreprise. »

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" s'oppose donc avec la plus grande fermeté à cette volonté du conseil municipal de Courtry d'autoriser la destruction du Fort de Vaujours. Nous le considérons comme irresponsable.

Dans le cadre de la révision du Plan Local d'Urbanisme de Courtry, le collectif demande la mise en place d'une véritable concertation associée à une enquête publique approfondie.

Devant l'ampleur des risques, nous demandons qu'une réelle étude d'impact sur la santé des populations locales soit réalisée par des organismes indépendants tels que la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendante sur la Radioactivité).

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • ADENCA
  • Les Amis de Carnetin
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

http://sauvons.dhuis.fr/post/2013/04/30/CEA-DHUIS-%3A-le-conseil-de-municipal-de-Courtry-approuve-la-destruction-du-fort-de-Vaujours.

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 12:03

Water makes Money

Comment les multinationales transforment l’eau en argent

Ce soir sur Arte à 22 h 35

 

Paru sur le site Water makes Money :

 

07/02/13

Water makes Money

Comment les multinationales transforment l’eau en argent

 

Les groupes français Veolia et Suez sont les leaders incontestés du marché mondial de l’eau privatisée. Dès qu’une commune cherche à remanier sa gestion de l’eau, les deux plus importants groupes mondiaux se disputent le marché. Ils sont présents sur tous les continents et constituent un oligopole qui pèse sur toute la surface du globe. En France, ils approvisionnent près de 80 % de la population en eau.

Extrait 1 : François Carlier parle du coût de l'eau



Water makes Money retrace le processus qui a conduit à l’abandon des régies publiques, encouragé par « le droit d’entrée » : une pratique consistant, pour les opérateurs privés, à mettre à disposition des communes une confortable somme d’argent afin de s’assurer la conversion au modèle du partenariat public-privé (PPP). Ces mariages d’intérêt ne sont pas restés sans conséquences pour les usagers : factures en constante augmentation, canalisations non entretenues... La longue liste de doléances a incité certaines municipalités, à l’instar de Paris et Grenoble, à choisir la « recommunalisation » pour protéger la ressource en amont et offrir aux habitants un service de qualité.

Extrait 2 : Gérard Chaussetparle de la nécessité d'économiserde l'eau



En France, mais aussi en Allemagne, au Kenya ou au Guatemala, par la voix d’experts tels que Maude Barlow, lauréate du prix Nobel alternatif, d’élus locaux dont Anne Le Strat, adjointe au maire de Paris chargée de l’eau, et de représentants d’associations de consommateurs, Water makes Money alerte sur les dangers liés à l’hégémonie de Veolia et Suez, qui se traduit par une présence grandissante des multinationales dans les médias, les partis politiques, les ONG et les universités… En éclaircissant les pratiques obscures des grands groupes privés et en montrant l’importance des décisions publiques, le documentaire Water makes Money cherche à alimenter le nécessaire débat sur la gestion de l’eau, ressource vitale universelle et objet des prochains troubles mondiaux…

Documentaire de Leslie Franke et Herdolor Lorenz
Coproduction : Kernfilm, La Mare aux Canards, Achille du Genestoux, ZDF/ARTE

Water makes money
mardi, 12 février 2013 à 22:35
Rediffusion jeudi 21 février à 13H55
(Allemagne, 2010, 75mn)
ZDF

http://www.arte.tv/fr/water-makes-money/3760772.html

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 18:51

 

 

Pendant la période hivernale, n'oubliez pas les oiseaux

 

RougeGorgeNeige

         Rouge Gorge                                                                                             photo Alain

 

 

MesangeMange

          Mésange                                                                           photo Alain

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 18:14

 

  dhuis villevaudé 2 15.10.2011

 

 

SAUVONS ENSEMBLE  

L’AQUEDUC DE LA DHUIS

 

Signez la pétition : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoListaSignatarios.aspx?pi=dhuis2

 

 

 

Pétition Non à la destruction de la Dhuis, Non au saccage du bois Gratuel

Pour:Préfets de Seine et Marne et de Seine-Saint-Denis

Non à la destruction de la Dhuis, Non au saccage du bois Gratuel.

Pétition à l’attention des préfets de Seine et Marne et de Seine-Saint-Denis.

Courant Décembre 2012, Placoplâtre a présenté un projet d’exploitation d’une nouvelle carrière à ciel ouvert sur la commune de Villevaudé au lieu dit du Bois Gratuel.

Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait parti intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).

Ce bois de Villevaudé, comme tous les milieux naturels traversé par la Dhuis, est essentiel aux échanges biologiques de l'Est Francilien.N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif « Sauvons la Dhuis » et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert qui viendrait à anéantir la majeure partie du bois en venant buter contre la promenade de la Dhuis.

Nos précédentes actions n’ont donc pas été vaines mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés.Le bois Gratuel, parcouru par la Dhuis, est un élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien.

Le bois Gratuel est une chênaie frênaie calcicole avec une nombre important d'espèces patrimoniales. Il héberge des orchidées sauvages typiques de ce type de milieu (Orchis Pourpre, Néottie Nid d'oiseau, Ophrys Mouche, Céphalanthère de Damas, Platanthère à deux feuilles, etc.) ainsi qu'un milieu forestier diversifié (Cornouiller mâle, Camérisier, Néflier etc.).

Le bois Gratuel possède un réseau important de mares naturelles permettant la reproduction d'amphibiens et de batraciens protégés au niveau national (Triton vulgaire, Triton palmé, Triton Crêté, Crapaud Commun, Grenouille agile, Couleuvre à collier, ect.).

Ce projet s’oppose également aux normes sanitaires liées au périmètre de protection de la Dhuis. En effet, ce bien d’utilité publique doit posséder des bandes de protection sanitaire de 40 mètres de large de part et d'autre de son emprise.

Nous nous opposons donc avec la plus grande fermeté à la destruction du bois Gratuel et de tous les milieux naturels du massif de l’Aulnoye aussi bien en Seine-Saint-Denis (93) qu’en Seine-et-Marne (77).

S'il doit y avoir une exploitation du gypse, nous demandons que celle-ci soit réalisée de façon souterraine comme toutes les nouvelles exploitations de ce type dans l’Ouest Francilien et notamment celles du Val d’Oise (95).

Il est essentiel que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservés de toute forme de destruction. C'est grâce à ce type d'exploitation, plus respectueuse de l'environnement et « parfaitement » maîtrisé par BP Placoplâtre que le bois de Bernouille (Coubron - 93), la réserve de Chelles (Coubron / Vaujours - 93), la forêt de (Val d’Oise - 95), ainsi que la butte de Parisis (Cormeilles-en-Parisis – 95) ont pu être sauvés de la destruction.

Courant Avril 2012, au sujet de l’exploitation souterraine future de la Butte de Parisis à Cormeille-en-Parisis dans le Val d’Oise, un représentant de Placoplâtre a même déclaré dans la presse : « Nous savons exploiter en souterrain sans qu'il y ait de risque d'affaissement. Nous faisons exactement la même chose en forêt de Montmorency où, tous les jours, des gens se promènent et ramassent des champignons au-dessus des galeries sans même s'en apercevoir! ».

Ainsi, nous exigeons que les milieux naturels de l’Est Francilien soient traités avec le même respect que ceux de l’Ouest. Comment expliquer cette différence de traitement des milieux naturels d’un côté ou de l’autre de l’Ile de France ? De surcroît, une exploitation souterraine évitera l’usage d’explosif à l’air libre à moins de 300 mètres des habitations.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 16:16

 

 

 

Paru sur le site ADENCA :


 

http://adenca.over-blog.com/article-ce-que-placoplatre-groupe-st-gobain-veut-nous-faire-au-bord-de-la-dhuis-113805009.html

 

 

 

Carrière à ciel ouvert placoplatre VILLEPARISIS 16.5.200

Carrière à ciel ouvert Placôplatre Villeparisis 16/5/2009

 

 

Ce que Placoplâtre  (groupe St Gobain)

veut nous faire au bord de la Dhuis

La multinationale a peut-être des droits mais elle a aussi  un devoir :

celui de respecter l’environnement des habitants du canton de Claye-Souilly 

 

Paru sur le site du collectif « Sauvons la Dhuis » :

DHUIS : Les carrières à ciel ouvert ou l'Avenir des milieux naturels le long de la Dhuis

Le collectif Sauvons la Dhuis, lutte pour la préservation des milieux naturels qui longent la Dhuis.

En effet, le Bois Gratuel (Villevaudé), le Bois de Montjay et de Grivet (Villevaudé), l'anciennecarrière Letellier ou les Fosses Maloré (Claye-Souilly, Annet-sur-Marne) sont menacés par les industriels du Plâtre (Placoplâtre - Saint-Gobain, ETEX anciennement Lafarge Plâtre).

Le Bois Gratuel est aujourd'hui directement menacé comme nous vous l'avions annoncé lors du dernier communiqué du collectif

Au delà des mots, ils convient de comprendre les désastres écologiques qu'engendrent les carrières de gypse (plâtre) à ciel ouvert.

Pour cela, nous allons vous montrer des photos récentes de 2 carrières à ciel ouvert qui ont déjà anéantis les abords direct de la Dhuis. A savoir, la carrière de Bois le Comte (Villeparisis) et la carrière de Villevaude - Le Pin……

Voyez les photos sur le lien qui suit :

 

http://sauvons.dhuis.fr/post/2012/12/23/DHUIS-%3A-Les-carri%C3%A8res-%C3%A0-ciel-ouvert-ou-l-Avenir-des-milieux-naturels-le-long-de-la-Dhuis

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Environnement
commenter cet article