Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 19:14

                                

L’un des rédacteurs de L’EDIT DE NANTES :

Pierre Forget  de Fresnes.

Fils de Pierre (sieur de Branchoise, greffier du baillage de Touraine, puis secrétaire de Louise de Savoie) et de Françoise de Fortia.

Il naquit en 1544.

Il épousa Anne de Beauvillier Saint Aignan.

Il  appartenait à une famille tourangelle dont plusieurs membres avaient été employés dans l’administration royale sous François 1er.

Les Forget sont fidèles au catholicisme, hormis certains cousins qui ont fait le choix du protestantisme.

Il fut propriétaire du Château de Fresnes-sur-Marne qu’il avait fait reconstruire avec l’église.

Secrétaire d’Henri, Roi de Navarre en 1576, qui en fit son agent secret à la Cour.

Henri III le prit comme secrétaire de ses finances.

Son habileté de rédacteur d’actes et de lettres fit sa fortune.

« Subtil, intransigeant, transcendant en matière de finances plus que les autres » (d’après Sully)

Conseiller d’état, le 3/4/1589 il fut envoyé comme ambassadeur extraordinaire en Espagne, lorsqu’il revint Henri III venait d’être assassiné.

Il rallia Henri IV et fit partie de ses conseils.

Il fut l’un des négociateurs avec les protestants et l’un des rédacteurs de

« l’ Edit de Nantes », qui a peut-être été écrit en partie  au Château de Fresnes sur/Marne.

 

 

Un texte de l’Edit (tel qu’il fut arrêté le 24/4/1598 audit Nantes, signé par le Roi et son secrétaire Pierre Forget de Fresnes, en présence des députés protestants se trouve en copie manuscrite à la Bibliothèque Publique et Universitaire de Genève (il semblerait que ce soit le texte primitif)

 

 

Il se démit de ses charges le 21/4/1610 et mourut peu après.

 

 

 

Ses œuvres :

-         Quatre excellens discours sur l’estat présent de la France.

-         L’Anti-espagnol.

 

 

 

Sources :

- Ministère de la culture : site Joconde.

- Médiathèque de Meaux :

-         Nouvelle Biographie Générales Firmin, Didot.

-         L’Edit de Nantes Janine Garrisson

-         Dictionnaire Biographie Française Provost, Roman d’Amat.

 

 

Site Internet de la mairie de Fresnes-sur-Marne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans FRESNES SUR MARNE
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 20:37

briqueterie

 

Briqueterie de Fresnes sur Marne

 

Député Maire de Fresnes sur Marne

 

Gastellier Casimir Adolphe

 

Né le 1.1.1830 Montanglaux (Commune de Coulommiers 77)

 

Fils de Casimir Ovide Gastellier, thuillier et de Geneviève Zéphirine Charpentier.

Il est l’un des meilleurs élèves de l’école communale de Coulommiers et de l’institution de Mouroux.

Il débute dans l’atelier de son père  à  Montanglaux (77) et lui succède, il dirige ensuite 3 usines différentes, occupant plusieurs  centaines d’ouvriers, il  entreprend, en dehors des travaux de céramiques, des constructions de canaux et chemin de fer.

L’usine de Fresnes sur Marne est implantée en 1873 entre le Canal de l’Ourcq et la nationale 3, les deux autres usines se trouvent à Montanglaux et à Montigny (près de Coulommiers).

On y fabrique des briques pleines et creuses, des tuyaux de drainage, carreaux, pavés céramiques, tuiles et poterie de bâtiment.

Il possède également un dépôt 12 quai de la Marne à la Villette Paris.

Il s’associe vers 1881  à son beau père  Lemonnier.

Il est l’un des fondateurs de l’Union Céramique et Chaufournière de France, il en sera président  de 1871 à sa mort.

Il prend part à différentes expositions Paris 1878, Tours 1880.

 

Ses mandats électifs :

- Conseiller municipal de Coulommiers de 1865 à 1884.

- Maire de Fresnes sur Marne 1884-1888 et 1889-1895.

- Député de Seine et Marne arrondissement de Coulommiers  de 1885 à 1893, élu sur une liste radicale et radicale socialiste.

- Conseiller général du canton de Claye 1882-1886.

 

 

Républicain, il combat le plébiscite qui allait faire l’empire de 1852 et fait partie en 1870 du comité institué pour combattre le nouveau plébiscite chargé de légitimer et de confirmer les conséquences du premier.

 

Comme Député il vote pour la révision des tarifs douaniers, pour la surtaxe des céréales, pour la révision du cadastre, pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat, pour l'élection du Sénat au suffrage universel. Dans la dernière session, il se prononce pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889), contre l'ajournement indéfini de la révision de la constitution, pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour les poursuites contre le général Boulanger.

 

Il est également l’un des  membres fondateur de la Sté de secours mutuels de

St Siméon.

 

Il décède le 3.5.1895 à Paris.

 

Il lègue aux pauvres de Coulommiers 1000 F et 20000F pour créer des bourses en faveur des élèves de l’école communale

 

Sources :

Médiathèque de Meaux :

- Almanach de s et m 1895

- Echo de la brie 10.10.1885

- Almanach le Briard

- L’Odyssée d’un village  Fresnes sur Marne Busson et Chabrier

Archives départementales :

-          Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (A.Robert et G.Cougny)

-          Registre état civil Coulommiers 1830.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans FRESNES SUR MARNE
commenter cet article