Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 10:33


Publicateur 1.3.1874


Etude Barizet

Par acte du 25.2.1874 Mr Valentin Conreux, aubergiste et Mme Alexandrine Colombe Renard son épouse demeurant à Claye-Souilly   ont vendu à :

Mr Louis Denis Delion maçon et marchand épicier et dame Elisa Marina Morin son épouse demeurant à Montfermeil,l e fonds de commerce de marchand de vins, aubergiste, exploité par eux 122 gde rue à Claye-Souilly.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Entreprises de Claye-Souilly
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 10:32

3rv. r voisins

Petite Gazette de Dammartin et ses environs 20.12.1897

 

-         Extrait Journal de S et M

 

Un ancien instituteur de Claye M. L.....   a été trouvé pendu dans son grenier dimanche dernier.

M. L.....    avait sa maison à Voisins et laisse quatre filles.

L’un de ses gendres est instituteur à Jablines, l’autre juge de paix, le 3ème employé au gaz, le 4ème négociant à Aubervilliers.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Claye-Souilly-découverte
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 13:44


Le Courrier de s et m 13.5.1922

Deux ouvriers de l’entreprise Ané, viennent d’être victimes d’un accident qui aurait pu avoir les conséquences plus graves.

Georges Legendre 18 ans pilotait un camion chargé de pavés qu’il avait pris à la gare pour les transporter sur la route de St Mesmes. Auprès de lui avait pris place son camarade Raymond Decoudun âgé de 20 ans. Au carrefour de la route départementale et du chemin de grande communication, surgit une voiture hippomobile qui suivait la même direction de Gressy. Legendre voulut doubler cette voiture, mais la roue gauche avant de son véhicule étant montée sur un tas de pierres, le conducteur ne fut plus maître de sa direction et le camion alla se jeter contre un peuplier.

Dans le choc, les étriers fixant la carrosserie furent rompus et celle-ci projetée en avant enserra les deux ouvriers entre le siège et l’avant de l’auto dont le volant était brisé.

Il fallut décharger le camion pour dégager les deux blessés dont la cuisse droite était fracturée.

Legendre fut conduit après visite du docteur Eschalier, à l’hôpital de Lagny. Quant à son compagnon Decoudun qui fait partie du 1er contingent de la classe 22, il est resté dans sa famille.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Entreprises de Claye-Souilly
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 13:43

                

                                                       Il vécut dans cette propriété

  François Marie BOTOT 
 « l’éminence grise de Barras » (1)  

Né le 3 Avril 1758 à Paris.

 « Taille 1m84, cheveux et sourcils bruns, front moyen, yeux gris brun, nez long et gros, bouche moyenne, menton rond, visage ovale et plein, teint coloré »

Issu d’une famille bourgeoise.Son père Louis Antoine Edme, marchand bonnetier parisien et sa mère Marie Françoise de St Paul fille d’un notaire picard.

Il épouse Marie Antoinette Nugues, dont il aura quatre enfants.

Après des études de droit, il devient avant la Révolution secrétaire des commandements de Madame la Comtesse d’Artois.

A la même époque son oncle Edme François Julien Botot lui cède ses droits sur l’invention familiale « L’  Eau de Botot » (2), il peut vivre à l’abri de tous soucis financiers en exploitant cet élixir, mais il a d’autres ambitions et vend les droits sur cette précieuse recette à sa sœur Marie Sophie.

 En 1790 il est inscrit sur la liste des avocats près de la Cour d’Appel de Paris et juge de paix de la Justice de Paix du Temple, puis élu le 17.8.1792 l’un des sept directeurs du jury du tribunal spécial chargé de poursuivre les responsables des crimes du 10 Août.

Accusé d’avoir abusé de ses fonctions pour favoriser l’acquittement de M. de Montmorin, gouverneur de Fontainebleau, il est arrêté le 1er septembre 1792 et incarcéré à l’Abbaye d’où il s’évade juste avant d’être massacré.

En Septembre 1793 il devient le secrétaire de Barras (1) et l’un des personnage les plus influents du Directoire.

Il est élu juge au tribunal de Cassation. Il est utilisé pour diverses missions notamment pour porter des instructions à Bonaparte en Italie.

Il aurait été l’amant de Joséphine de Beauharnais, à qui il prêta  400 000 F en 1798. qui ne lui furent pas remboursés.

 En l’An VIII il est administrateur du Mont-de-Piété.

Le 18 Brumaire an VIII, envoyé par Barras à St Cloud pour analyser la situation, Bonaparte passe sur lui sa mauvaise humeur et l’apostrophe violemment devant ses soldats.

Après l’attentat de la rue Saint Nicaise contre Bonaparte, il est arrêté le 26 Décembre 1800 et écroué au Temple, relâché le 6 Décembre 1801. Il reste fidèle à Barras.

 Il se retire au Château de Coyolles dans l’Aisne jusqu’en 1803, puis il part à Genève où il demeurera  jusqu’à 1817.

Le 31 Octobre 1822, il achète à Madame la Duchesse Johanna Syna de Polignac une propriété à Claye avec 24 hectares de terres, il y vivra jusqu’à sa mort à Paris le 26 avril 1838.

Pendant les années troubles du Directoire il amasse une fortune assez confortable, il donne à chacun de ses quatre enfants une dot de 500 000 F, et laisse à sa mort plusieurs immeubles et plus de onze mille francs de créances diverses.

 SES ENFANTS :

- BOTOT Sophie Augustine

Née le 1/12.1786 à Paris, Décédée le 4/12/1862 à Versailles (78).Elle épouse le 11/9/1806 Jacques Nicolas Lacour, général de Brigade

- BOTOT Marthe, née le 4.11.1802 à Coyolles (02)

- BOTOT Jules

Né le 10 Frimaire an XII à Genève (Suisse)

Il épouse le 4/2/1837 à Meaux (77) Laure Poittevin, issue d’une famille de magistrat meldois.

Cultivateur à Claye-Souilly, il habite avec ses parents et sa sœur Marthe dans la propriété qui devint la mairie de Claye-Souilly en 1885.

Maire de Claye-Souilly 1836-1848,

« c’est sous son mandat que Souilly fut rattaché à Claye ».

Conseiller d’arrondissement 1832-1848

Conseiller Général  canton de Claye-Souilly1833-1848

-         BOTOT Antoinette, Amica

Elle épouse le 11/8/1825 à Claye-Souilly (77) Rouget Marie Georges Louis,

peintre d’histoire. 

                                       « L’eau de Botot »

Eau balsamique, inventée en 1755 par Edme François Julien Botot, médecin de Louis XV, mise en vente chez l’auteur « cloître St Jacques-l’Hôpital », approuvée par la Société Royale de Médecine en 1783, elle a obtenu à la veille de la Révolution « le  Privilège Général de Louis XVI ».

A base de girofle, cannelle, essence de menthe , précieuse pour les soins de bouche, employée sous forme de frictions contre les affections névralgiques et rhumatismales, elle arrête rapidement l’effet du scorbut sur les dents et les gencives. Après avoir été exploitée par son inventeur Edme François Julien Botot, c’est François Marie Botot qui acquiert les droits à l’invention avant la Révolution et les revend le 27.11.1789 à sa sœur Marie-Sophie Botot et à son mari Jean Charles Haudouard, avocat au Parlement de Paris.

 La signature qui figure encore aujourd’hui sur les bouteilles est celle de Marie Sophie et la devise «Cui fidas vide» est toujours présente.

 

         (1)   Barras Paul François Jean Nicolas 1755-1829 Député du Var à la Convention, il vota la mort de Louis XVI, il fut avec Tallien et Fouché l’un des principaux responsables de la chute de Robespierre, réprima l’insurrection royaliste avec l’aide de Bonaparte, fut l’un des instigateurs du coup d’état du 18 fructidor an V et devint le premier personnage de l’Etat jusqu’au coup d’Etat du 18 brumaire an VIII, Bonaparte l’obligea à démissionner et il se retira dans son domaine de Gros Bois (Yvelines) 

 (2)     « Eau de Botot » : Eau balsamique utilisée pour les soins de la bouche, vendue encore aujourd’hui en pharmacie.

 

Sources :

- Vieilles Histoires, Etranges Enigmes, 3ème série de Louis Hastier, Librairie Arthème Fayard.

- Dictionnaire Larousse XIXe s, 1867

- Biographie Français Prevost Roman 1954

- Dictionnaire historique de la Révolution française, Albert Soboul, Editions Puf

- Histoire et Dictionnaire de la Révolution française 1789.1799 Tulard, Fayard,

  Fierro, Editeur Robert Laffont

- BMS Archives Diocèse de Meaux

- NMS Meaux

- Histoire de Coyolles, Alain Jacono, internet.

- Recensement Meaux 1826 (AM Meaux)

- Recensements Claye-Souilly 1836, 1846 ( 10M10, 10 M68 AD 77)

- Le Département de S et M 1800-1895 par A. Hugues, imprimerie A. Drosne

- Vente 31/10/1822 (224 E 154 AD77)

- Geneanet, site d’Eric Faure

- Dictionnaire Peintres, Sculpteurs, Dessinateurs, E. Benezit, Ed Grund.

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Biographies
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 13:42


Publicateur 21.2.1909

 

Mercredi matin Léon Parent 40 ans de Villevaudé et Eugène Duval, carriers à Claye travaillaient au chargement des wagonnets à l’usine à plâtre Letellier. Parent était monté sur un wagonnet qui lancé dans la courbe arriva à très vive allure. L’imprudent ouvrier n’avait pas serré le frein et un déraillement se produisit, il fut serré fortement entre un wagon et un poteau. Duval le dégagea aussitôt. On le transporta à la cantine de Mme Veuve Marchat où il rendit son dernier soupir 2h après son arrivée.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Entreprises de Claye-Souilly
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 15:23

Petite Gazette de Dammartin et ses environs 25.9.1898

M. Lancezeux Pierre 20 ans qui est employé comme 1er scieur à la fabrique de caisses de M. Poulet, commune de Gressy, a été victime lundi dernier d’un accident très grave.

Lancezeux poussait une bille de bois sur la scie circulaire, il ne fit pas attention au moment où le bout de la bille presque sciée arrivait près de la scie et sa main gauche fut prise. Il a le pouce complètement enlevé, l’index et l’annulaire sont coupés près de la 3ème phalange.

M. le docteur Gignoux qui passait prodigua un pansement sommaire au blessé et exigea son transport immédiat à Lariboisière.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans GRESSY
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 15:22

Petite Gazette de Dammartin et ses environs 23/10/1892

Les dix commandements de l’écolier

1.  A la  classe tu te rendras

Toujours très tranquillement.

 2.  Avec soin tes devoirs feras 

 En écrivant bien proprement.

 3.  Tes leçons étudieras

 Et apprendras parfaitement.

4.  Surtout tu ne bavarderas

 Pendant la classe aucunement,

5.  Dame paresse éviteras

 Et fuiras soigneusement.

 6.  De ton professeur tu suivras

 Les avis très docilement.

7.  Bon camarade tu seras ;

 On t’aimera certainement.

 8.  Tous les soirs, tu retourneras

 A la maison tranquillement.

 9.  Tes parents tu salueras

 Toujours respectueusement.

10. En faisant cela, tu seras

 Un bon élève assurément.

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Ecole Claye-Souilly
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 15:21

         

1934

Garçons

JANOT Fernand, KWASNIKOFF Georges, BOUCHER Roger, MIOT Louis,

CHARPENTIER Robert, ANDRE Maurice,  FAVROLE Francis,VILNOY

Maurice, DESCHAMPS Maurice, DRUX Georges.

Source : Médiathèque de Claye-Souilly : Un peu de poussière blanche au bout des doigts R. Legrand

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Ecole Claye-Souilly
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 15:19

 

 

8.1.1668 BMS Claye

Le 8ème jour de 1668 a été enterré dans ledit cimetière un pauvre mendiant qui s’étant retiré en la ferme de l’arzilière y mourut aagé de 62 ans après avoir reçu la pénitence et l’extrême onction seulement, il s’appelait gregoire, natif de … en foy de quoi j’ai signé avec Mr Ourry fermier de l’arzilière et procureur fiscal et autres

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 09:06

                                                                     André Godard


 

Ce jour là André Godard jouait au foot



La Liberté de s et m 8.1.1963

 

CLAYE ( ailier droit l’international Godard !) battu par MITRY

Mitry assura son succès en première période (3-0). En deuxième mi-temps, le jeu fut équilibré (score final : 4-2 pour Mitry).

Buts pour Mitry : Lejeune, Claude Degelas, Liébart, Richard Degelas. Pour Claye : Grondin, Antonuitti.

A Claye l’ailier droit n’était autre que l’International Godard (poids et disque) qui remplaçait Mabillon partit au service militaire.

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Sports et Musique
commenter cet article