Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 23:12

                             

Témoignage de : Yvonne

 Ce lavoir était situé près de l’église, on pouvait s’y rendre soit par l’avenue Aristide Briand, soit par la ruelle située dans la rue de l’Eglise.

 

Il était entouré d’une source dite « aux grenouilles » et d’un ruisseau  qui se jetait dans la Beuvronne et où se développaient des truites. L’eau y était glacée l’été et à température l’hiver.

Il possédait deux planches en bois pour y laver le linge, plus tard celles-ci furent remplacées par des bordures en ciment.

Les laveuses ou les lavandières venaient avec leur brouette pour transporter le linge dans les lessiveuses. Chaque lavandière apportait une sorte de bac ou « boîte à laver », bourré de paille à l’intérieur, sur lequel elle s’agenouillait  à l’abri de l’humidité.

Il fallait y entendre les coups de battoirs et le bavardage et puis on étendait le linge sur la rampe.

Quand le clocher sonnait 16 heures, c’était la pause, le goûter avec le pain au fromage de brie, chacune son tour se reposait sur le banc de pierre près de la maison du maçon, puis elles repartaient avec leur brouette chargée de linge. Il y avait de grandes lessiveuses, celle de Thérèse qui roulait la brouette chaque semaine jusqu’à l’hôtel du Cheval   Blanc et aussi celles de l’hôtel du Sauvage et  des laveuses pour les particuliers.

Tout cela était bien animé dans ce petit coin où violettes et primevères poussaient et où croassaient les grenouilles. Le soir venu c'était le rendez-vous des amoureux.  

Chemin qui menait au lavoir(situé rue de l'Eglise)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires