Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:12

Sous la conduite de Michel, agriculteur retraité nous avons eu le privilège de découvrir les sources de la Vanne situées à la limite de l'Aube et de l'Yonne: les sources d'Armentières dans l'Aube et de Cerilly dans l'Yonne

La Vanne est l'une des rivières qui alimentent Paris en eau, d'autres sources en provenance de Seine et Marne viennent  également alimenter cette rivière.


Sources d'Armentières (Aube)


Sources d'Armentières 08/2009     Photo Eladio

  
      


Sources d'Armentières 1995      Collection Michel
  



        Regard de visite 08/2009    Photo Eladio


Extrait : Dictionnaire géographique et administratif de la France, Paul Joanne, Hachette, Paris, 1906]

Aqueduc de la Vanne

Grand aqueduc du bassin de la Seine, amenant à Paris des eaux prises à 110 km en moyenne, au Sud-Est de la capitale, en Bourgogne, dans le département de l'Yonne (et, subsidiairement, en Seine-et-Marne) ; ….

« L'aqueduc collecteur a pour point de départ la grande source d'Armentières (formée de trois jaillissements distincts), dont le niveau (111 m) a déterminé le sien. Cette source, qui est la principale de la vallée, et dont le débit a encore été augmenté par un drainage pratiqué souterrainement dans la craie, donne à l'étiage environ 20 000 m3 par jour, soit à peu près 230 litres par seconde. Elle est recueillie dans un grand bassin voûté qui, avec les galeries de captation, forme un ensemble auquel l'abondance et l'extrême limpidité des eaux donnent un aspect caractéristique. À la source d'Armentières vient se réunir une source moins importante, qu'une ramification secondaire va chercher à 1 500 m en amont, et qui forme la tête de la dérivation : c'est la source de la Bouillarde.

« Muni de cette première alimentation, l'aqueduc se dirige vers l'aval avec une pente très inférieure à celle de la rivière. À 4 km de distance, il est déjà notablement au-dessus du thalweg, et par conséquent les sources qu'il rencontre à partir de ce point dans la vallée de la Vanne doivent être relevées. Mais, en même temps, il passe devant un vallon secondaire vers l'extrémité duquel vient sourdre la plus élevée des sources captées, la source de Cérilly, qui, par son importance, est la seconde de la dérivation. …..

……..

Document complet : http://pagesperso-orange.fr/damien.jullemier/vsj/aqueduc-vanne.htm


Pour plus amples informations :

 http://eau-de-paris.biz/data/dir_upload/DEPLIANT%20HAYLESROSESEDP.PDF?PHPSESSID=b6e918640111bd12da3810325fcfa055

 

http://fr.structurae.de/projects/data/index.cfm?id=p0000884

 

http://www.carte-france.info/photos/photo-aqueduc.html

 

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://www.grigny91.fr/histoire/images/ormea5.gif&imgrefurl=http://www.grigny91.fr/histoire/orme7b.htm&usg=__zu23VRvCJsrfBRZyf458q3pIfz4=&h=230&w=300&sz=68&hl=fr&start=5&um=1&tbnid=5zuiPH13i-CykM:&tbnh=89&tbnw=116&prev=/images%3Fq%3Dsource%2Bde%2Bla%2Bvoulzie%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26um%3D1

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Canaux et rivières
commenter cet article

commentaires