Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 15:43

Croix de s et m 26.1.1908

Gaborit contre Vernant

C’est à l’audience du 15 janvier, qu’est venue devant le tribunal correctionnel de Meaux cette fameuse affaire. Elle fut très amusante et des détails intéressants auraient pu être recueillis si la loi nous permettait d’entrer dans le récit des débats.

M.  Gaborit réclame au Briard 10 000 F de dommages-intérêts (voilà qui fera un vilain trou noir dans la caisse de père Gérôme) et dix insertions.

Nous ne noterons qu’un incident. M. Lugol s’étonne que M. Adolphe Vernant père ne soit point venu et qu’il ait envoyé Monsieur son fils. Celui-ci se fâche tout rouge, songez-donc qu’il est né  le 10.5.1883 ! et déclare que c’est lui le vrai directeur du Briard, que la signature du Père Gérôme est collective et que depuis près d’un an il est l’auteur de tous les articles parus.

C’est M. Perrisoud qui représentait M. Vernant, directeur du Briard, et M. Lapoix, gérant, M. Gaborit était assisté par M. Lugol.

Le jugement remis à huitaine a été rendu mercredi M. Lapoix et Vernant sont condamnés chacun à 50 F d’amende et 100 F de dommages et intérêts et l’insertion du jugement en 1ère page du Briard et dans 4 journaux.

 

Publicateur 4.3.1908

 

Fête républicaine à Claye-Souilly Dimanche 1.3

 

Le bureau de l’Association       Républicaine Radicale et Radicale Socialiste  a organisé son banquet à Claye-Souilly pour fêter la double élection de Gaborit Conseiller Général et Delacourt, Conseiller d’Arrondissement.

 

Présent Delbet, député de la circonscription et Conseiller Général de Lagny, Balandreau, député de Melun, Nitzel, maire de Mitry, vice-président, Delasalle secrétaire de l’Association Républicaine du canton de Claye,Chevalier, juge de paix, Lobbé père le vénéré doyen de la démocratie de Claye, Poulet industriel à la Rosée.


Croix de s et m 12.4.1908

 

Jugement confirmé

Monsieur Gaborit , conseiller général du canton de Claye avait intenté un procès en diffamation à M. Lebeurre son concurrent à l’élection du 19.7.1907. M. Lebeurre fut d’abord condamné par défaut à 300 F de dommages et intérêts et l’insertion du jugement dans 6 journaux. Il fit opposition et le jugement fut confirmé.

Sur appel le jugement est revenu devant la cour d’appel de Paris qui a confirmé le jugement, M. Lebeurre, n’étant ni présent, ni représenté

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Claye-Souilly-découverte
commenter cet article

commentaires