Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 21:01

Sté Agriculture Sciences et Art de Meaux 1838

Marie Marguerite Geneviève Bourgeois, veuve de Pierre Constantin Nivert, née à St Mesmes, le 6 avril 1777, a été jugée digne de recevoir la cinquième médaille de bronze. Cette femme a servi sans interruption pendant 35 ans MM. Tavaux père et fils, cultivateurs. Très habile dans la direction du menu bétail, elle a été chargée, en  1814, de l’inspection de trois fermes, et ses maîtres ont eu constamment à se louer de sa probité, de son ordre et de sa haute intelligence.

La majorité des habitants de la commune de Saint Mesmes rend hommage à la conduite exemplaire et à la probité de Pierre Hémart, berger, âgé de 63 ans, qui pendant 40 ans n’a pas quitté le service de MM. Leduc père et fils, cultivateurs au hameau de Vineuil. Il a su conserver, sain et sauf, un troupeau de 750 bêtes, qui lui avait été confié pendant la désastreuse année 1814, et il s’est toujours fait remarquer par son zèle et son habileté à diriger la race bovine. La Société lui donne la sixième médaille de bronze.

 

Published by Mireille LOPEZ - dans SAINT MESMES ET NANTOUILLET
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 20:59


Publicateur 08.1876

Ecoles dirigées par M.Liénard et Delhomme et Melle Houdrichon

 

Etaient présents Japuis Gustave, Maire, Colombel, Conseiller Arrondissement,

Pecnard, Curé, Edouard Hussenot Desenonges, gendre de M. Couriot, propriétaire

du Château de Claye

 

Prix du conseil général

1ère catégorie Poujol  Louis Annet

2ème catégorie Homasmard Marguerite de Claye

3ème catégorie Japuis Suzanne

Published by Mireille LOPEZ - dans Ecole Claye-Souilly
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 18:50


Almanach historique topographique et statistique du département de Seine et Marne

et du Diocèse de Meaux 1866

Le château du Plessis-aux-Bois, jadis demeure somptueuse des marquis de Boissy, a été démoli il y a quelques années ; la charrue passe sur son emplacement ainsi que sur le sol du parc et des curieux bosquets de buis qui dataient de Henri IV. Un dernier témoin de sa splendeur avait été épargné, c’était un obélisque monolithe, de 5 à 6 mètres de hauteur, élevé dans le bois qui s’étendait devant la façade occidentale du château, il vient d’être foudroyé, renversé et mis en pièces dans le formidable orage qui, le 12 mai dernier, a traversé notre contrée.

Published by Mireille LOPEZ - dans POMPONNE PLESSIS-AUX-BOIS
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 18:49

Réédition de notre article du 11/11/2009

Témoignage d’Yvonne

                    Dans les années 29/30 se trouvait une propriété au 28 avenue Aristide Briand, comprenant une maison bourgeoise, un court de tennis et une serre où poussaient des roses qui exhalaient un parfum agréable.

                          On lisait sur la plaque apposée sur le mur « Les Cadurciens ».  En effet le propriétaire s’appelait « Cahors » et était chapelier à Paris, c’était une renommée.

                    Puis la propriété fut vendue, à la place du court de tennis une usine de mannequins fut construite, au nom de Fery-Boudrot, cette entreprise fournissait les grands magasins de Paris et de province.

                 Les années passent, l’usine a fermé en 1998 , la maison bourgeoise a été abattue, remplacée par plusieurs pavillons, mais la serre est toujours là, l’usine aussi, transformée en loft, mais les propriétaires ont conservé le nom « Fery-Boudrot », permettant aux générations futures de situer le lieu où l’un de leurs ancêtres a travaillé.

6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:24

Avant 1730 Souilly relevait du diocèse de Paris. Vers le milieu du XVIIe siècle  la paroisse est donnée à l’abbaye de Châage et les religieux deviennent collateurs de la cure. La création du doyenné de Claye rattache Souilly à l’évêché de Meaux.

L’église  est consacrée à St Thomas de Cantorbéry. Dans le chœur se trouve une tombe en pierre sur laquelle est représentée une femme ayant les mains jointes avec un chapelet. C’est le corps de Philippe Loitrau, décédée le 1er juillet 1618, native de Vitry en France, épouse de Jehan Courtier, laboureur à Souilly.

Au début du XVIIIe siècle une partie de la voûte et l’entablement s’écroule, le presbytère est en ruine. A la demande de J.J Perdrigeon, curé, le sieur Bruillevet, grand maître des Eaux et Forêts procède à la vente des bois dépendant de la cure pour effectuer les réparations.

Le 2.8.1732 Jean-Jacques Perdrigeon, curé, est enterré dans le chœur de l’église.

Antonio François Legoix est le dernier curé-doyen résident de Souilly. A son décès en 1793 il fait don d’une rente annuelle et perpétuelle à la paroisse, à  charge de faire célébrer chaque année dans cette église un service pour le repos de son âme.

A la réouverture des églises, après la Révolution de 1789, la paroisse de Souilly est desservie par Pierre Gallois curé résident à Claye et par les autres curés de Claye qui ont suivi.

En 1824 l’église menaçant ruine, ce sont les habitants qui s’imposent spontanément une contribution volontaire de près de 5 000 F payable en 7 années consécutives afin de la remettre en état. Les ressources des biens communaux permettent d’assurer les remboursements.

Le conseil municipal de Claye-Souilly lors de la réunion du 23/12/1845  ayant décidé de vendre l’église de Souilly sous prétexte « qu’elle a besoin de beaucoup de réparations et que sous le rapport de l’art elle n’offre aucun intérêt », l’église de Claye devant suffire pour l’exercice du culte, les habitants de Souilly le 2/2/1846 proposent comme par le passé de subvenir  à son entretien grâce aux rentes de M. Legoix et Petit et aux ressources des biens communaux.

                                     

           

Hélas bien des années plus tard, faute d’entretien l’église est en ruine. Par décision ministérielle du 30/10/1928 elle cesse d’être affectée à l’exercice du culte et sa démolition est mise en adjudication. Elle est abattue début 1929, le maire est alors Philippe Delabarre. La cloche, une pierre tombale et les fonds baptismaux sont transférés dans l’église de Claye.

 

 

 

Published by Mireille LOPEZ - dans SOUILLY
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:23

Le onzième jour de janvier dudit an 1700 est décédée dans la maison de notre dame de charité de Claye a estée inhumée le treize… par moy prêche curé dudit Claye soussigné dans le grand cimetière dudit Claye Anne Belloy aagée de trente sept ans fille d’Anthoine Belloy bourgeois de Paris pensionnaire dans ladite maison : en présence de Marie Ferré supérieure, des demoiselles Marie Trie et Madeleine de Beaumont fille de ladite maison de notre dame qui ont signés

            

                 Source : BMS Claye-Souilly Cercle Généalogique de la Brie

6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:21

21.10.1667 BMS Claye

le vingt et unième jour d’octobre 1667 a été baptisé louis fils de Noel Flamand et de Claude Genisson

le parrain louis blanchard grand vallet de pied du Roy fils de ml blanchard V et de Claude Genisson

la marraine Claire foderé fille de Mr Foderé bailly de claye.

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 20:48

     

Le Courrier de s et m 20.5.1922

Un mécanicien Eugène D……., de Romilly sur Seine qui s’était présenté, pour se faire embaucher à l’usine Renaud et Raymond, n’accepta pas les conditions imposées et se mit à dénigrer maison, directeur et contremaître. On le mit à la porte, mais il revint peu après sous prétexte d’avoir oublié deux certificats. Une discussion s’éleva entre le directeur et lui au sujet de ces pièces que le premier disait ne pas avoir, et D…… se remit de plus belle à invectiver contre l’usine, narguant le directeur qui perdant patience finit par lui décocher quelques coups de poing, en guise de calmant. Sur la plainte du mécanicien, la gendarmerie a verbalisé contre le directeur  M. A………

Published by mireille lopez - dans Claye-Souilly-découverte
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 20:47

           

RESULTATS CERTIFICAT D’ETUDES 1889/1890.

1889 : TRIBOULARD Clémence, BOUGRAND Emilie, RAMBON Aimée, JOURNET Marthe, DAGUET Julia, BAILLON Alice, MUSNIER Henriette. FOLTZER Eugène, REICHEL Pierre, DUPONT Ernest, GONNET Gustave, PASQUIER Désiré, LALLEMENT Henri, SONNIEZ Fernand, HUREAU Léon, LOBBE Désiré.

 1890 : BESSON Aline, MARGNAT Angèle, DELASALLE Ernestine, VANHECKE Anaïs, REGNIER Joséphine, VILNOY Louise, BIARNE Camille. CHEVARD Henri, GERVAISE Emile, JAPUIS Emile, TONNELIER Charles.

 

 

Source : BIP 88.92.

 

 

 

 

Published by Mireille LOPEZ - dans Ecole Claye-Souilly
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 20:46

            Au 19ème siècle la famille Jouan habitait cette maison

Journal de s et m 30.10.1873

 

Le conseil général dans sa séance du 26.8.1873 a accordé :

Une ½ bourse de l’enseignement professionnel pour 3 ans au Collège de Meaux à : Jouan Auguste Georges, fils d’un marchand de vins de Claye père de famille nombreuse sur lequel ont particulièrement pesé les malheurs de la guerre.

 

Published by Mireille LOPEZ - dans Ecole Claye-Souilly
commenter cet article