Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 11:46

         

EXTRAIT DU REGISTRE DU CURE DE CLAYE DE DECEMBRE 1685

Nous prieur curé de Claie soussignez certifions avoir reçu le 10e jour de ce mois

l'abjuration de la Religion prétendue ref. entre nos mains et la profession de foy cath. Apost. Et romaine de :

-         Benjamin Godde, chirurgien

-         Madeleine Courtier veuve et maîtresse de l'hostellerie de la Corne

-         Madeleine Collebert aussy veuve et maistresse de l'hostellerie de la grosse tasse dudit lieu

-         Madeleine Chupret femme dudit Godde

-         Anne Bonneville femme de Louis Bailly

-         Elisabeth Villerost veuve de Boilrau et de Cassié successivement

-         Anne Coulon femme de Pierre Bailly, vigneron

-         D'Elisabeth Cochart

-         Jeanne de Leuxe,

Avec serment sur les saints évangiles en présence de deux témoins à ce faire apposez ; ledit acte fait sur une feuille de papier imprimé où est ladite adjuration et profession de foy signé desdits Godde, Courtier, Chupret, de J. Goulet Me d'escolle de Claye et de J. Thuret marchand demt à Lisy, et de nous prieur curé, les autres ayant déclaré ne scavoir escrire, après quoy ils ont tous à genou reçu l'absolution de l'excommunication encourue à cause de leur hérésie susdite en laquelle ils avoient vécu cydevant.

Source : AD77 : Les Eglises réformées de l'Ile de France ( le protestantisme à Claye de 1554 à 1700).

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Eglises Claye-Souilly
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 11:45

       

HISTOIRE CLAYE-SOUILLY : LE PARC BUFFON

Le jardin dit « anglais » avec la pièce d’eau décrit en 1883, semblerait avoir été tracé entre 1841 et 1843, à la demande du propriétaire Jules Botot,  lors du forage du puits artésien de 39 m, avec débit de 500 litres d’eau au sol.

 

 

 En effet jusque vers 1970 c’était ce puits artésien, situé sous le rocher près de l’entrée de l’école Pierre et Marie Curie, qui alimentait l’étang.

 L’eau issue du puits artésien de Claye-Souilly avait un goût particulier, on la disait « ferrugineuse », mais était bien appréciée d’un certain nombre d’habitants de la commune qui venait la puiser pour leur besoin quotidien.

 

 En 1883 l’histoire dit que le parc de Claye-Souilly était planté d’essences diverses telles que : Acacias,  Marronniers,  Tilleuls,  Sycomores,  Vernis du Japon,  Sapins et  Peupliers d’Italie.

 

La Marne 18/4/1963

DANS LE PARC DE LA MAIRIE ON PROCEDE AU NETTOYAGE DU BASSIN.

 Lundi, les services de la ville ont entrepris une tâche quelque peu boueuse, mais salutaire : le nettoyage de la pièce d’eau, qui dans le parc de la mairie, fait la joie des petits… et des grands.

 Les vannes d’écoulement ont été ouvertes, après qu’on eût soin de mettre un fin grillage pour la récupération des poissons, et l’eau s’est écoulée dans la Beuvronne. Mais ô surprise, des quelques  300 poissons qui frétillaient aux beaux jours l’an passé, et qui fournissaient la « matière première » à nos jeunes pêcheurs du 14 juillet, 7 seulement ont été retrouvés…

 Les disparus auraient fournis aux rats musqués un aliment de choix, durant l’hiver particulièrement pénible que nous avons subi. Voilà qui est bien agréable !

 Sources :

 BDGB : Sté Agriculture, Sciences et Arts de Meaux 1843-1844.

 AD 77 : 4 op 118/5

 Archives mairie de Lagny s/Marne : La Marne 18/4/1963.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 11:44

 Le pont de pierre sur la Beuvronne aval                                               Photo Eladio Lopez

   Le pont de Pierre sur la Beuvronne amont                                 Photo Eladio Lopez

La Beuvronne (à droite) reçoit son affluent la Reneuse                    Photo Eladio Lopez

  La Beuvronne (à droite) reçoit son affluent La Reneuse (à gauche)   

                                                                                                                        Photo Eladio Lopez

  La Reneuse après son passage sous le canal de l'Ourcq              Photo Eladio Lopez

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans SOUILLY
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 18:13

4p.-1900-vers-pompiers-dbjpeg.jpg

 

LES POMPIERS DE CLAYE-SOUILLY

 

 

 

Subdivision créée en 1816

Réorganisé le 11 Janvier 1877.

 

Officiers commandant le corps des sapeurs pompiers.

 

MARQUOYS                         Capitaine       9.10.1855 (comptant + 40ans de service)

MOULUT Emile           sous- Lieutenant     1877-1883

PITORT Georges                    Lieutenant     1883-1918

THIERY Marcel             sous-Lieutenant     1918-1921

LECONTE Georges               Lieutenant     1921-1930  né 7.4.1869 Ajusteur mécanicien

LEGENDRE Georges             Lieutenant     1930-1936

DESCHAMPS Théodore        Lieutenant     1936-1945  né 24.1.1879 Directeur de scierie

VAN VETTEREN Maurice    Lieutenant     1945-1965

CHEVRET Roger                   Lieutenant      1966-1982

COUTURIER Jean-Pierre Adjudant-Chef    1983

 

 

Le 29 octobre 1833 la subdivision compte 28 hommes,

En 1854                                                       25                la fusion avec Souilly est faite

En 1857                                                       31

En 1866                                                       25

En 1870                                                       20

En 1921                                                       51

En 1957                                                       24

En 1996                                                       31 (13 professionnels, 18 volontaires)

 

 

 

 1957  construction du centre de secours N° 21, Rue du Gl Leclerc, il devient opérationnel la même année, il dépend du centre principal de Lagny.

Jusqu’en 1973 il n’y avait que des pompiers volontaires.

 

1963 Achat d’un véhicule léger 2CV Camionnette Citroën.

 

1966 sur le plan sportif le centre de secours s’est particulièrement distingué pour sa 1ère année

de compétition : les 4 candidats présentés ont été reçus (2 au 1000m, 2 au 100m), deux sapeurs ayant terminé à la 1ère place.

 

1970 Communes à secourir en 1er appel : Claye-Souilly, Charny, Annet sur marne, Messy, Saint-Mesmes, Nantouillet, Précy sur marne, Compans.

VAN VETTEREN Maurice nommé capitaine honoraire des Sapeurs Pompiers.

 

 

1974 affectation de pompiers professionnels.

 

En 1982 : 8 sapeurs pompiers de profession, 24 sapeurs pompiers volontaires, un médecin capitaine.

En 1986 : 8 sapeurs pompiers de profession, 15 sapeurs pompiers volontaires, un médecin.

 

 

1996 réorganisation dans de nouveau locaux rue Victor DROUET, le centre dépend de Chelles commandé par le capitaine Michel BOURGEOIS et comprenant quatre centres d’intervention : Lognes, Vaires s/marne, Villeparisis et Claye-Souilly.  

 

 

Sources :

Trait d’union 1963, 1966, 1970, 1977, 1980,   1982 1984,  1986. 

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Pompiers de Claye-Souilly
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 18:12

AD77 série M10111

Incendie du 22/3/1854

Le 28/3/1854

Mr le Préfet

Je me suis rendu hier à Claye aussitôt que j’ai été prévenu par la gendarmerie qu’un incendie qui menaçait de devenir considérable avait éclaté dans la section de Souilly dépendante de cette commune, malgré la diligence que tout le monde a mis ans cette circonscription j’ai trouvé en arrivant à onze heures du soir environ douze travées de bâtiment complètement consumées, le feu a commencé à 5 heures et demi et fini a peu près à 9 heures et demie. Les pompiers de Claye et d’Annet se trouvaient sur les  lieux mais dès 6 heures du soir, c’est-à-dire en arrivant le capitaine de Claye et ses hommes ont reconnu l’impossibilité de faire autre chose que de circonscrire le feu de préserver le voisinage.

Les secours n’ont pas manqué : au dévouement de toute la population et des pompiers est venu se joindre celui d’un détachement des 9ème et 10ème cuirassiers qui était de passage à Claye et qui, sous la conduite et l’exemple du lieutenant qui le commandait couru au feu et a rendu tous les services possibles pour le sauvetage des meubles et effets déposés dans le rez-de-chaussée des habitations atteintes par le feu.

Tous les efforts ont été en grande partie paralysés par l’éloignement de l’eau et surtout par la rapidité de l’incendie, toutes les fois qu’il dévore des  toitures en chaume les bâtiments incendiés étaient tous couverts de cette façon et le feu s’est arrêté à la 1ère toiture en tuile, heureusement le vent n’a pas soufflé pour augmenter la perte et le danger.

Je vous adresserai le tableau de renseignements dès qu’il aura été rempli par le maire en attendant je m’empresse de vous faire part que les chaumières servaient d’habitation à 7 ménages d’ouvriers dont quelques uns ont sauvé une partie de leur mobilier, mais qui néanmoins dans un besoin pressant, il ne paraît pas qu’aucune partie du mobilier soit assurée.

Je serais donc très reconnaissant, Monsieur le Préfet, si vous pouviez m’accorder sans retard sur les fonds départementaux un secours de 400 à 500 F que j’irais distribuer au nom de l’ Empereur à ces braves gens. Les secours pour perte qu’ils peuvent recevoir plus tard n’auront plus l’opportunité quelques considérables qu’ils pourront être d’une somme de 50 F donnée à chacun dans la mesure où la femme et les enfants n’ont ni abri, ni linge, ni meubles.

On ignorait encore cette nuit la cause de l’incendie.

  Le sous Préfet

Propriétaire Charpentier Alexis :

 Locataire Triboulard Hippolyte et Brochrée Honoré (perte bois et linge).

Propriétaire Legendre Jean-Marie :

Locataire Juste Victor (perte bois et linge).

Propriétaire Chrétien François Honoré :

Locataire Fournier Firmin Siméon  (perte bois et linge)

Propriétaire Thiessard Sophie, veuve Janot Julien , la victime la plus malheureuse , pas assurée, plus de linge ni de meubles.

Propriétaire occupant Lancezeux Jean-Baptiste (perte linge).

Propriétaire Legendre François Marie, cultivateur et marchand de vins.

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Claye-Souilly-découverte
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 11:18

DROUET Victor

Né le 24.4.1823 et décédé le 22.10.1902 à Souilly.

Fils de Drouet Louis Philippe (l’un des derniers conseillers municipaux de Souilly) et de Véronique Virginie Thorigny.

Il épouse le 20.1.1847  à Claye-Souilly Louise, Catherine Eléonore Charpentier, originaire de Souilly.

Il aura 3 filles

- Louise, née 13.3.1848 et décédée 26.8.1848 à Claye-Souilly.

- Louise, Augustine, née 29.9.1849 Claye-Souilly.

- Sophie, née le 6.12.1853 à Claye-Souilly.

Cultivateur et Conseiller municipal de Claye-Souilly pendant près de 50 ans.

Le 28.9.1907 à la suite du don à la commune de Claye-Souilly, par sa fille Louise Augustine, d’une pompe alimentée par un puits en maçonnerie situé sur la petite place de Souilly, le conseil municipal décide de dénommer la rue où il est né « rue Victor Drouet » (à la place de rue des Bienvenues ».

 

Sources :

Cercle Généalogique de la Brie : BMS 1845.1885?

 A.D.: Recensements  1856, 1866,,1876,1896,

 Extrait délibération conseil municipal Claye-Souilly 28.9.1907.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Rues de Claye-Souilly
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 11:17

          

De gauche à droite : 

 M. Ducerf curé doyen, Mgr Romain ancien curé doyen, M. Jacquet ministre, M. Benoist maire

( Photo Lucette Godard)

La Liberté de s et m 19.5.1955

Le dimanche 15 mai s’est déroulé à Claye-Souilly le Bouquet Provincial de la Ronde de Paris et de l’Ile de France.

  L’arrondissement de Meaux est décidément distingué par la Fédération des Archers d’Ile de France, puisque depuis deux années il est choisi pour la célébration des cérémonies du Bouquet Provincial. Après Dammartin-en-Goële en 1954, Claye-Souilly s’est prêté magnifiquement dimanche dernier, aux fastes traditionnels du bouquet.

Des milliers de participants et de visiteurs ont ressenti tout le cœur que les compagnies de Claye et de Souilly aidées de toute la population ont mis à monter un admirable programme.

La partie la plus spectaculaire et la plus difficile se déroula le matin.

Ce fut tout d’abord la Grande Parade de quelques 120 sociétés entourant les Bouquets de la Ronde de Paris, de Dammartin-en-Goële, de Claye et précédant le groupe des personnalités officielles.

Après un défilé de près d’une heure et demie, dans les rues pavoisées aux guirlandes et trophées multicolores, la marée des drapeaux des compagnies, tous plus glorieux les uns que les autres, vint s’étaler calmement au pied de l’autel dressé dans le parc des Tourelles pour la célébration de la messe traditionnelle. La cérémonie religieuse simple, émouvante nous valut un concert de musique spirituelle d’une magnifique tenue, grâce à la participation de la compagnie des Piqueurs de Chartres et de l’Harmonie de Chambly. Et ce fut l’occasion pour Mgr Romain, ancien curé doyen de Claye, de reprendre un chaleureux contact avec la population de Claye, qui lui est restée attachée du fond du cœur.

Dans la belle salle des Fêtes, un banquet retint après la messe une notable partie des personnalités présentes qui furent magnifiquement traitées,  Mgr Romain et M. Pathus-Labour, Conseiller Général de Dammartin-en-Goële, présidèrent ces agapes….

Et ensuite chacun se dispersa : l’état-major des Archers retourna vers ses troupes qui se livraient à des compétitions acharnées depuis le début de l’après-midi, tant au jeu d’arc qu’au Parc des Tourelles ; les invités se mêlèrent à la foule qui n’avait que l’embarras du choix entre les spectacles : celui de la ville en liesse, des concours de tir, du spirituel et célèbre programme du Maire de la Commune Libre de Montmartre, Pierre Labric, voire même celui combien pittoresque aussi et reposant, d’une fraîche campagne, agrémentée d’eaux vives à faire rêver les pêcheurs et les citadins.

Et le soir, l’infatigable jeunesse put se livrer à sa distraction favorite : la danse, entraînée par un orchestre musette de classe conduit par Emile Prudhomme…

On ne peut se retenir de féliciter les compagnies rivales  et amies de Claye et de Souilly et aussi un peu celle de Dammartin-en-Goële, sans doute de s’être donné fraternellement la main à l’occasion, de ce Bouquet Provincial 1955. La réussite a couronné leurs efforts.

Et il faut aussi féliciter les autorités qui en cette occasion ne marchandèrent pas leur participation. C’est au Capitaine de la compagnie de Claye M. Silvi et à M. le Maire de Claye-Souilly, M. Benoist, qu’échut tout naturellement la mission de recevoir les personnalités officielles qui devaient présider la cérémonie ou y participer.

Dès 9 heures du matin c’est ainsi qu’ils accueillirent M. le ministre Marc Jacquet, député de seine et marne, M. Le sénateur Bataille, Mgr Romain, vicaire général, ancien doyen de Claye, M. Brun président du conseil général, M. Pathus Labour conseiller général de Dammartin en Goële qui devait présider le banquet et exprimer à cette occasion  dans une délicate allocution les compliments de M. le ministre Jacquet dans l’impossibilité de rester au banquet et au propre satisfaction de se revoir au milieu de la population de Claye qu’il avait rêvé de représenter au Conseil Général lors de ses premiers pas dans la politique ; M. Terninck, président fédéral, M ; Jagueneau, président de la ronde d’Ile de France, M. l’abbé Ducerf doyen de Claye et de nombreuses personnalités régionales.

       

     

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Sports et Musique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 11:16



Ils ont fait leur première communion

avec Louis Eugène Varlin le 23 juin 1851 :

Nom et Prénom                                 Date de Naissance

- PASQUIER Augustin                        12/9/1839

- PASQUIER Bertin                            12/9/1839

- LECHAUDEL Etienne                     26/11/1838

- FEROT Jean-Baptiste                        11/2/1839

- GRANDJEAN Louis                          12/3/1838

- LEDUC Alexandre                               4/7/1838

- PROST Eugène                                    1/9/1838

- THOMET Edouard                            10/9/1838

- PRIEUX Jules                                      2/9/1839

- GOIX Philippe                                    13/3/1838

- TRIBOULARD Napoléon                  17/4/1837

- TRIBOULARD Ernest                       16/9/1838

- COLLON Barthelémi                         27/3/1837

- DESJARDINS Policarpe                    31/5/1839

- THOMEL Firmin                                10/9/1838

- LHERMITTE Victor                           14/6/1838

- CABIROLLE Georges                       2/12/1839

- VARLIN Louis                                 5/10/1839

 

- CHOLET Sophie                              30/08/1839

- BOQUET Eugénie                            30/10/1839

- SANDRIN Virginie                             17/6/1838

- NERCY Ernestine                               31/3/1839

- CLIN Alexandrine                                 4/5/1838

- SAVREUX Laurence                        17/10/1838

- FOURNIER Irma                                20/8/1839

- LANGLOIS Rose                               4/10/1838

- FOURNIER Clémence                          9/7/1838

- BAILLON Angélique                             8/7/1839

- LAINE Sophie                                     10/3/1838

- FANTON Edmée                                  3/4/1840

- LECLERC Alexandrine                        16/5/1836

- DUBUISSON Alphonsine                  24/12/1838

 

- THIESSARD Caroline

- PERICHON Louise

- GARNIER Célestine

- HAMAN Elisa

- ANEE Hortense

- ROLLIN Joséphine

- ROLLIN Louise

- LANCEZEUX Louise

- HEBERT Elisa

- LUCIEN Louise

- NANSOT Eléonore

- HUDE Irma

 

Ces douze dernières ont toutes 13 à 14 et 15 ans.

Pauvres victimes de la fabrique.

Pas une ne sait lire.

 

 Source : Registres paroissiaux, archives diocésaines



 

 

 

La fabrique, comme l’indique Monsieur le Curé dans son commentaire, était l’usine de Toiles Peintes, dirigé par la famille JAPUIS, dans laquelle les  enfants travaillaient jusqu’à 12 heures par jour, à partir de 8/9 ans.

 

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-un-enfant-de-claye-souilly-eugene-varlin-37191962.html

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Eglises Claye-Souilly
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 10:24

                                                        Collection Legendre

 

La Marne 30.5.1963

La réfection des clochers de nombreuses églises de la région est due à l’entreprise Legendre.

C’est en 1920, venant de Rambouillet, puis de Mitry que s’installait à Claye-Souilly M. Legendre.

Au prix d’un dur labeur il allait en quelques années monter une entreprise importante, connue et réputée dans toute la région.

Aujourd’hui l’entreprise Legendre est devenue l’ Entreprise Legendre frères et Cie.

Philippe Legendre qui est président de la Chambre Syndicale des Entrepreneurs de l’arrondissement de Meaux et son frère Gilbert ont repris le flambeau continuant dans les meilleures traditions de travail de l’entreprise y apportant des modernisations et des techniques nouvelles indispensables de nos jours.

L’entreprise compte actuellement une cinquantaine d’employés et dix camions, de ces camions jaunes que l’on rencontre souvent, sillonnent les routes de notre région couvrant un rayon d’action de 50 kms.

Ce n’est pas sans surprise que nous avons appris à l’occasion des rencontres que nous avons eues avec les directeurs, que l’Entreprise Legendre s’est spécialisée, voilà déjà quelques années dans la réfection des clochers d’église.

Il fallait pour ce travail, une technique très particulière, notamment dans le principe d’échafaudage. Ce fut un succès, et de nombreux clochers doivent aujourd’hui leur bel aspect à l’Entreprise Legendre......clochers de la région : Mitry, Compans, Dampmart et tant d’autres, débordant même du cadre local.

On vint de loin s’inspirer et user de la technique employée, et des échafaudages tubulaires.

Mais les clochers et leur couverture n’étaient qu’un compartiment de l’activité de la maison, un compartiment qui a laissé totalement la place aux travaux de l’entreprise générale : Maçonnerie, chauffage, plomberie, couverture, un domaine moins artistique sans doute, mais qui demande bien des connaissances, un domaine où il y a également beaucoup à faire, dans une époque où on semble s’être résolument tourné vers la construction.

L’entreprise Legendre frères et Cie fait face, s’adaptant aux besoins et aux désirs grandissants des individualités et des sociétés, perpétuant un renom que ses directeurs, ses cadres, ses ouvriers, ont su lui donner. J.R.

 

 

                                                                  Collection Legendre

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Entreprises de Claye-Souilly
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 10:23

3e.-eglise-vers-1910..jpg

 

BAILLON, Antoine Louis

manouvrier

Naissance : 1783 - Claye Souilly (77)

Décès : 10.5.1847 (64 ans) - Claye Souilly (77)

Fils de BAILLON, Nicolas Etienne (-< 1847)

et de LACHAMBRE, Marie Marguerite (-< 1847)

 

GAUTIER, Magdeleine Sophie

manouvrière

Naissance : 6.10.1788 - Claye Souilly (77)

Décès : 5.11.1847 (59 ans) - Claye Souilly (77)

Fille de GAUTIER, Xx (-< 1847)

et de TROUSSEL, Marie Anne (-> 1847)

 

VIE DU COUPLE

Type d'union : mariage

Âges à l'union : Elle a 24 ans - Il a 30 ans

Mariage

4.2.1813 - Claye Souilly (77)

Domicile rue de voisins

1836 - Claye Souilly (77)

ENFANTS

BAILLON, Marguerite, Sophie

Naissance : 1814

Décès : 29.6.1820 (6 ans)

BAILLON, Louis Alexandre

Naissance : 9.12.1815 - Claye Souilly (77)

Parrain : GANNEVAL, Alexandre (-1818) - Marraine : DESPREZ, Zéphirine Catherine Marie (1793-< 1831)

Union : avec HOUPEAUX, Louise Germaine Angélique (1813-> 1860)

Décès : 27.3.1877 (61 ans) - Claye Souilly (77)

(5 enfants)

BAILLON, Jean, Theodore

Naissance : 1818

Décès : 3.3.1820 (2 ans)

BAILLON, Antoinette Aimée

Naissance : 1822

Union : avec JOSSE, François Adrien (1823-)

Décès : 15.1.1875 (53 ans) - Claye Souilly (77)

(2 enfants)

BAILLON, Philippe Julien

Naissance : 16.5.1823 - Claye Souilly (77)

Mariage : 29.10.1845 - Claye Souilly (77) avec LEFEVRE, Marie Françoise (1825-)

(4 enfants)

BAILLON, Joséphine Sophie

Naissance : 26.12.1829 - Claye Souilly (77)

Mariage : 18.10.1851 - Claye Souilly (77) avec GERMAIN, Jean (1823-1853)

(1 enfant)

BAILLON, Eulalie

Naissance : 1830

BAILLON, Jules Armand

Naissance : 28.4.1833 - Claye Souilly (77)

Mariage : 21.4.1860 - Claye Souilly (77) avec PHILIPPE, Lucine Amélie (1833-)

(6 enfants)

Repost 0