Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:23

 JEAN FRAN9OIS lARANGOT
Jean-François LARANGOT

                                                 (collection Jean-François KROGMANN)

Fils de Jean (1744-1829) et de Victoire Gabrielle Leclerc (1759-1815),

Il est né le 30/4/1790 à Mareuil le Port (51),

il épouse le 9/1/1819 à Levignen (60)Adèle Adélaïde Labbé, ils auront trois enfants :

   -         Achille né en 1821,

   -         Jean Gustave né en 1825,

   -         Louise Julie née en 1831. 

Il sera maire de Claye-Souilly du 24/5/1853 à juillet 1854.

Il habitera la « Maison du Parc » (ancienne mairie) de 1853 à sa mort le 27/12/1863, ses héritiers  vendront la propriété à Monsieur et Madame Constant Leduc en 1864.

Les Larangot descendants d’une famille de laboureurs receveurs du Tardenois, sont apparus pour la première fois comme maître de poste par un mariage en 1740 avec la fille du maître de poste de Paroy-Crézancy  Marie-Anne Sarrazin.

  Le 25 Mars 1835 Jean-François René qui tient le relais de Port-à-Binson (commune de Mareuil-le-Port, près d’Epernay 51) depuis 1829 comme avant lui  son père et son grand-père, décide de le vendre à Auguste Piot pour acheter celui de Claye-Souilly et  étendre ses travaux agricoles, il exploitera  le relais de poste de Claye-Souilly de 1837 à 1856 (l’ouverture de la voie ferrée Paris-Strasbourg donnera un coup de grâce à cette activité).

  Son frère Xavier, maître-poste d’Epernay  à partir de 1834, sera maire de Mareuil-le-Port de 1813 à 1840, conseiller d’arrondissement, sous-préfet de 1830 à 1840.

En 1840 de Claye-Souilly à Châlons-sur-Marne, les relais de poste sont tenus par les Larangot ou familles alliées.

 

Sources :
CG Brie : -     De Laboureur en maître de poste entre Ourcq et Marne Les Vignon ,André Vignon, Editions Christian
                -         BMS Claye-Souilly 1845-1885,
AD : 4 op 118/5.


Je tiens à remercier Jean-François KROGMANN pour sa collaboration.

Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:23

Publicateur 16.2.1929

 

Quelques flèches

 

J’ai trouvé en allant à Souilly, beaucoup de bois pour faire des flèches…parmi les décombres de la petite église ; mais j’en ai encore le cœur chaviré et mon pauvre esprit détraqué, comme disait notre curé en chaire l’autre dimanche, ne peut arriver à comprendre cette disparition.

…..

Je me reconnais le droit d’affirmer que si j’avais eu la situation pécuniaire des catholiques notoires de Claye-Souilly, je n’aurai pas hésité un seul instant à restaurer cette petite église, sans aucun style, c’est entendu, mais agréable aux yeux des vieux.

Et je suis sûr que notre maire aurait trouvé cette solution plus élégante et qui sait … peut-être aurait-il pu obtenir de son conseil municipal, très libéral, quelques milliers de francs.

Je lui demanderai quand j’aurai le plaisir de le rencontrer ; mais je ne lui dirai pas  ce que les gars de son âge me racontaient, à savoir que dans sa jeunesse il aimait cette petite église ......

Pauvre vieille église ; c’est encore un peu ; et qui est pourtant lucide, clairvoyant, non pas derrière nous, mais devant du passé qui s’en va ….

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans SOUILLY
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:21

1b.-ec-garcons-vers-1920-jpeg.jpg

Petite Gazette de Dammartin et ses environs 23.6.1901

Certificat d’études  canton de Claye
Examen du Vendredi 14 juin 1901

 

Garçons


DUVAL Lucien                       11 ans              Isles les Villenoy

MENEUX Georges                 12 ans ½          Villeparisis

COOL Abel                            11 ans ½          Isles les Villenoy

CAMION Désiré                    11 ans ½          Villevaudé

LANTENOIS Gustave            11 ans ½          Villevaudé

BOURDIER Marcel                11 ans ½           Fresnes

BRETEAU Charles                  12 ans              Claye

JUNOD Marcel                       11 ans ½          Mitry

MALINGRE Honoré               11 ans              Trilbardou

ROLAND Clément                  11 ans ½          Annet

NOEL Octave                         13ans1/2          Précy

HEBERT Raymond                 11 ans ½          Iverny

CHEVALIER Georges            13 ans              Villeparisis

LEVAUX Emile                       13 ans              Fresnes

FONTAYNE Félix                  12 ans ½          Villeparisis

LEFEVRE Léon                      11 ans1/2         Charny

DUMAS Fernand                    11 ans ½          Mitry

GOHIER René                        12 ans              Mitry

POTTIER Maurice                  13 ans1/2         Villevaudé

DONASSIER Eugène             12 ans1/2         Annet

DUHAUT Désiré                     12 ans              Villevaudé

BAYART Raphaël                   12 ans ½          Mitry

DUBRAY Charles                   13 ans ½          Annet

LEBEURRE Alphonse             11 ans1/2         Précy

DELAHAYE Louis                  11 ans1/2         Annet

BOUCHET Charles                 13 ans              Charny

GRITHER Adolphe                 12 ans              Annet

DEVAUX Paul                        12 ans              Mitry

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Canton de Claye-Souilly
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 10:52

ANNET SUR MARNE CHATEAU DE SANNOIS 6525

 Château de Sannois Annet sur Marne(77)                  photo Daniel Bernal

 

 

Né 8/11/1813 au Château de la Ronce à Caumont (27)

Fils de Jacques Louis Félicité de Colombel, Maire de Caumont (27)

et d’Adélaïde de Courcy(1798-1813) qui décède 6 jours après sa naissance.

 

Il épouse le 27/4/1847 à Meaux Armande, Clothilde Vieillot (1827-1913)

fille de Guillaume, Marin, Maurice Vieillot, Président du Tribunal Civil de Meaux  et de la Sté d’Agriculture.

et d’Armande Martine Victoire Lhoste de Moras, dont le père fut Procureur Impérial et Président du Tribunal Civil de Meaux.

 

Ils auront deux filles née à Meaux(77)

-     Charlotte, Henriette, Marie en 1852

-     Louise, Marie, Marguerite en 1859.

 

Propriétaire du château de Sannois à Annet sur Marne.

 Conseiller d’arrondissement du canton de Claye-Souilly de 1865 à 1880.

Il fonde une société de secours mutuel à Annet sur marne.

 Agronome et écrivain, il communique d’intéressants mémoires à la Sté d’archéologie et d’agriculture de Seine et Marne.

 

Il décède le 18.12.1899 en son domicile du Château de Sannois à Annet sur Marne (77)

 

Sources :

Médiathèque de Meaux : Almanach de seine et marne 1900

Base Léonore.

AD 77 : BMS Meaux

AD 27 : BMS  Caumont.

 

Pour aller plus loin :

http://jumieges.free.fr/deshayes.html

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans ANNET SUR MARNE
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 10:51


Le dix huit novembre de l’an 1698 est décédée dans la maison de notre dame de charité de Claye et a été inhumée le même jour dans le cimetière dudit Claye par moy prieur curé dudit lieu soussigné Marguerite Oufroy aagée de six ans fille de Oufroy bourgeois de Paris et de … sa femme ladite fille en pension dans ladite maison  en présence de Marie Ferré supérieure, de demoiselle Trie et de demoiselle de Beaume filles de ladite maison qui ont signé.

                                                                                  

 

                                                                                   Hacquebec

                    
                   Source : BMS Claye-Souilly Cercle Généalogique de la Brie

Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 10:50

FEU CHEZ LE BOULANGER

 

                   

Le Publicateur 11.8.1889

Le 5 août, les gendarmes de la brigade de Claye entendirent des cris au feu ! Ils se dirigèrent vers l’endroit d’où partaient ses cris et virent qu’un commencement d’incendie venait de se déclarer dans le fournil du sieur Bahuchet, boulanger, demeurant Gde rue à Claye. Après s’être assuré que personne n’était en danger, ils ont fait descendre par une fenêtre, à l’aide d’une échelle, les effets et quelques meubles des chambres qui se trouvaient au-dessus du foyer de l’incendie, afin de sauver le mobilier et empêcher le sinistre de se propager.

Le feu avait pris naissance dans un tas de bois que le sieur         Bahuchet avait précédemment retiré du four pour le faire sécher, et vers minuit, sa femme l’ayant réveiller pour faire son pain, a entendu un bruit dans le fournil. Bahuchet ayant écouté remarqua une odeur de fumée qui passait par les fissures de la porte. Il appela aussitôt au secours. C’est le sieur Zenato qui sortait d’une maison voisine qui courut chercher une échelle et l’apposa contre le mur. La pompe de la Cie Gle des Omnibus arriva et attaqua ce commencement d’incendie. Il en fut de même de la compagnie des sapeurs-pompiers et de la population.

Tout le monde rivalisa d’ardeur pour se rendre maître du feu.

 La perte consiste en un pétrin, 8 sacs de farine, plusieurs ustensiles de ménage et un bâtiment le tout estimé à 6 642 F. (sic)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mireille Lopez - dans Pompiers de Claye-Souilly
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 10:49

La Marne 5 au 12.8. 1965

Découverte d’ossements rue du Chemin de fer

Mardi dernier M. Cagnet, domicilié 18 rue du Chemin de fer profitait
de son congé annuel
  pour faire les fondations du mur de clôture à son pavillon.

Soudain un coup de pioche résonna différemment, M. Cagnet venait de retourner des ossements. Il avisa sans tarder les membres de la Sté archéologique de Claye de sa macabre découverte et les fouilles se poursuivirent avec précaution.

On a découvert là de nombreux os épars, une boîte crânienne, une mâchoire, des côtes, un tibia etc…, sans pouvoir dire, avec précision, de quoi il s’agit.

Les os sont très anciens, à n’en pas douter, ils sont très friables.

Signalons qu’il y a quelques mois un voisin de M. Cagnet avait découvert en faisant des terrassements, trois squelettes allongés très près les uns des autres.

Serait-ce là l’emplacement d’un ancien cimetière ?

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans Claye-Souilly-découverte
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:44

botot jules cahier G. rouget Le louvre

 

Cahier Georges ROUGET (Musée du Louvre)

 

 

Jules BOTOT


Né le 1.12.1802 Genève (Suisse)

Fils de François Marie BOTOT, l’éminence grise de BARRAS et de Marie Antoinette HUGUES

Il épouse le  4/2/1837 Meaux Laure POITTEVIN, fils d’Alphonse POITTTEVIN, avoué et adjoint au maire de Meaux et de  Victoire Aure Pelletier, issue d’une lignée d’avocats meldois.

L’un des témoins à son mariage ést  Marie Antonin François de BERNARDY de SIGONET, sous préfet de Meaux.

 

De cette union il aura 3 filles :

- Marie née le 15/10/1838 à Meaux qui épousera un médecin Jules Gendron

- Anne Marthe née le 27/12/1840 à Meaux

- Marguerite née en 1843.

 

Cultivateur

Maire de Claye-Souilly  1835-1852.

Conseiller Arrondissement 1832 1848

Conseiller Général 1833 à 1848 (désigné par le roi Louis Philippe)

 

Il avait pour beaux frères le peintre Georges ROUGET et le médecin accoucheur des enfants royaux et maire de Courtry François Joseph MOREAU.

 

C’est sous son mandat de Maire  que :

- Souilly fut rattaché à Claye.

- que le cimetière de Claye fut déplacé

- que le 1er bateau poste circula sur le canal de l’Ourcq (1838).

 

Il prit divers arrêtés :

- contre la mendicité

- pour clôturer les alentours des carrières à ciel ouvert

- concernant les conditions de baignade dans la Beuvronne

- concernant la date des vendanges.

Il refusa de voter une somme de 3000 F pour substituer un pont tournant au pont à bascule du canal de l’Ourcq.

 

C’est à cette époque que :

- les Bois de Claye étaient mal fréquentés et que l’on comptait nombre d’assassinats.

- l’entreprise Japuis fut autorisée à faire divers travaux dans la Beuvronne pour modifier sa chute d’eau par manque d’énergie pour alimenter ses machines.

 

Lors de son mariage avec Laure POITTEVIN  en 1837, ses parents lui font donation de la maison du Parc qui devint par la suite la mairie de Claye-Souilly, il la conservera  jusqu’à 1853.

 

Il décède le 20/8/1875 à Châteauneuf sur Loire, il est enterré dans le cimetière de Meaux.

 

Sources :

- AD 77

 état civil Meaux et Claye-Souilly

 recensement Claye-Souilly 1856

 Séries M et 3S

- Mairie de Paris

  Registre des délibérations des canaux 1835

- Médiathèque de Meaux

  Journaux :

  1838 Le Peuple de Paris

   25/10/1851 Le Publicateur

 

- Internet

  site Léonore

  Geneanet site de Louis Gendron

 

 

Pour aller plus loin :

Biographie de son beau père

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-7119091.html

Biographies de ses Beaux frères :

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-histoire-claye-souilly-georges-rouget-peintre-d-histoire-96150779.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-30471707.html

 

 maison du parc vers 1904 3

Il habitait dans cette propriété, qui devint à la fin du 19ème siècle la mairie de Claye-Souilly.

 

 

Sa généalogie :

 

BOTOT, Jules 

cultivateur

Naissance : 10.frim .an XII - Genève

Décès : 08.1875 (71 ans)

Fils de BOTOT, François, Marie (1758-1838)

et de NUGUES, Marie Antoinette (-1852)

 

POITTEVIN, Laure 

 

Naissance : 4.10.1819 - Meaux (77)

Décès : 11.1909 (82 ans)

Fille de POITTEVIN, Alphonse  Honoré (1794-1827)

et de PELLETIER, Victoire Aure (1796-1836)

 

VIE DU COUPLE 

Type d'union : mariage

Âges à l'union : Elle a 17 ans - Il a 33 ans

Contrat de mariage 

4.2.1837 - Meaux (77)

Mariage 

4.2.1837 - Meaux (77)

Témoin : POITTEVIN, Joseph Victor - Témoin : BERNARDY de SIGONET, Marie Antonin François de

Domicile gde rue 

1851 - Claye Souilly (77)

ENFANTS 

BOTOT, Marie

Naissance : 15.10.1838 - Meaux (77)

Mariage : 31.1.1866 - Paris 7e (75) avec GENDRON, Jules Emile Almire (1825-1899)

Décès : 8.12.1933 (95 ans) - Châteauneuf sur Loire (45)

BOTOT, Anne Marthe

Naissance : 27.12.1840 - Meaux (77)

BOTOT, Marguerite

Naissance : 1843

 

Repost 0
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:42

 


23/11/1900 Petite Gazette de Dammartin et des Environs (Médiathèque de Meaux)


Il résulte un jugement par défaut rendu par le tribunal de Meaux que le divorce entre M. Alex Leroux, jardinier, au château de Claye-Souilly et Mme Virginie Caron, son épouse, demeurant à Bruxelles, rue Briche, chez M. Herman, a été prononcé et définitivement transcrit.

Repost 0
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:41

souilly-pont-lavoir-1900-2.jpg

 

Ancien lavoir et ancienne église de Souilly

 

 

Bibliothèque Gallica : Archives Parlementaires de 1787à 1860  2ème série tome CXXVI du 17/61839 au 2/7/1839 (Librairie administrative Paul Dupont 1912

 

 

Sixième annexe à la séance de la chambre des députés du jeudi 27 juin 1839

 

Rapport fait au nom de la commission (1) chargée de l’examen du projet de loi tendant à réunir les communes de Claye et de Souilly (Seine et Marne), par M. Ladoucette, député de Moselle.

 

Messieurs  le Gouvernement vous propose de réunir les communes de Claye et Souilly, département de Seine et Marne, dont les territoires ne sont séparés que par un ruisseau.

Cette affaire a été instruite selon les règles prescrites par la loi du 18 juillet 1837. Le bourg de Claye , situé à sept lieues de Paris, sur la route d’Allemagne et le canal de l’Ourcq, a 1182 habitants, un territoire de 733 hectares, 18 425 F d’impôts, de revenus 2 117 F 57, des dépenses de 3 027 F.

N’étant séparé de Claye que par un intervalle de 279 mètres, Souilly a 358 habitants, 710 hectares, 10 423 F d’impôts, 308 F de revenus, 758 F de dépenses, indépendamment de celles de l’enseignement primaire et des chemins vicinaux.

Avec un ressort assez étendu, une église assez nouvellement restaurée, un instituteur,

Un garde champêtre, 40 hectares de communaux, Souilly prétend se suffire à elle-même.

Mais le juge de paix, commissaire enquêteur, déclare que « chaque jour, la presque totalité de sa population vient se confondre avec celle de Claye, soit par l’instruction des enfants, l’exercice du culte, soit pour travailler dans les fabriques, usines et divers ateliers de toute espèce, ainsi que pour l’approvisionnement des ménages. »

Et ce n’est pas seulement aux foires et marchés qu’ils recourent ; on assure qu’il y a dans Souilly ni bouchers, ni boulangers. On ajoute que ce sont généralement les ouvriers qui  résident dans ce village, que la plupart des propriétés y appartiennent à des habitants de Claye ou autres forains, et qu’aucun de Souilly, n’en possède la totalité d’un hectare. Un chemin large d’un entretien facile, en droite ligne et en plaine, joint les habitations des deux localités.

Le juge de paix constate « qu’en matière de police municipale, il existe une faiblesse intolérable dans l’administration de la commune de Souilly.

Il nous est certifié que les chemins vicinaux s’y trouvent dans un état affreux ; qu’il s’y couvre de plantations ; que quelques uns ont déjà disparu ; qu’on vient d’y construire un pont incommode et dans un style ridicule.

Le sous-préfet va plus loin : « L’Administration municipale est impossible à Souilly ; l’autorité provisoire qui administre la commune est loin de donner toute garantie et ne peut être remplacée. Les deux communes sont réunis pour le culte ; l’instruction primaire donnée à Souilly est tellement incomplète, tellement irrégulière, qu’il serait peut-être à désirer pour la commune qu’elle fut obligée d’aller la chercher plus loin. »

Le conseil de l’arrondissement de Meaux partage les opinions du sous-préfet, qui sont aussi celles du préfet de Seine et Marne.

Le conseil général, dans sa séance du 22 août 1838, a réclamé la réunion des deux communes.

Le ministre de l’intérieur a exposé que « dans la situation actuelle, ces deux communes présentent, dans leurs ressources un déficit fort considérable, qui fait pour tous les habitants des charges onéreuses et toujours croissantes ;

« Que la réunion, en simplifiant l’administration diminuerait les charges communales seraient moins pesantes si elles portaient sur un plus grand nombre de personnes.

« …Que le très petit nombre d’hommes qui à Souilly, ont reçu les bienfaits de l’instruction primaire, le genre de travail de cette population, tout s’oppose à ce qu’on puisse y former une municipalité convenable, et que c’est une cause qui compromet à chaque instant le bon ordre et la tranquillité ;

« …Que la réunion serait aussi convenable aux besoins de l’Administration que conforme aux véritables intérêts des habitants. »

D’après ces diverses considérations, nous vous proposons d’homologuer le projet du Gouvernement, qui conserve à la section de Souilly tous les communaux et droits d’usage.

Art 1er Les communes de Claye et de Souilly, canton de Claye, arrondissement de Meaux, département de Seine et Marne, sont réunis en une seule, dont le chef-lieu est fixé à Claye et qui prendra le nom de Claye-Souilly.

Ces communes, continueront de jouir séparément, comme section de communes, des droits d’usage ou autres qui pourraient leur appartenir, sans pouvoir se dispenser de contribuer en commun aux charges municipales.

Art 2 Les autres conditions de la réunion prononcée seront, s’il y a lieu, ultérieurement déterminée par une ordonnance du roi.

(l’ensemble du projet est adopté le 29 juin 1839)

 

 

(1)    Cette commission était composée de M. Tournouer, Merlin, le baron Ladoucette, le général baron Doguereau, Armand (Pas de Calais), Jouvet, Raguet-Lépine, Paganel, Vuitry.

 

 

 

Article sur le même sujet :

 

http://www.claye-souilly-decouverte.com/categorie-1264384.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-33153469.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-19649344.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-33144561.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-22343154.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-17155726.html

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-23385562.html

 

 

Repost 0
Published by Mireille LOPEZ - dans SOUILLY
commenter cet article